design

Le magicien de la lumière

Davide est un designer industriel. Il enseigne à l’École supérieure des Arts Appliqués de Vevey et intervient de manière ponctuelle à l'ESVM à Vevey et à la HEAD — Genève. La lumière, il la connaît et la manie avec brio. «Nous avons scénographié des espaces vente de plusieurs boutiques de luxe dans le monde », décrit le diplômé de l’École d’arts appliqués de Vevey en parlant du Salon de l’horlogerie pour Baume et Mercier ou Mont-Blanc à Genève qui l’a internationalisé, de Chanel encore…

Davide Oppizzi (crédit: DCube.Swiss)

Côté agencement, DCUBE.Swiss, l’enseigne à laquelle Davide et ses collaborateurs logent, à Genève, est partie de l’aménagement d’espaces de luxe pour en parallèle développer ses activités d’éclairage, constatant la carence énorme dans ce milieu. Dès 2002, il invente la lampe Éclipse qui sera un succès dans le cadre d'un projet charnière pour les boutiques «Chanel Worldwide». La planification d’éclairage s’est faite naturellement sur les demandes des clients dès 2005. La relation que Davide a ensuite forgée avec les producteurs d’éclairage l’a conduit à dessiner des luminaires pour eux, dès 2010. De Louis Vuitton à Paris, à Azuelos, une chaîne de boutiques multimarques au Maroc : «J’ai géré le projet en me rendant au Maroc trois à cinq fois tous les deux mois pour suivre les travaux.»

Projet boutiques Louis Vuitton Paris (crédit: DCube.Swiss)

Les projets se sont développés en Suisse et en Italie. Davide a notamment finalisé un travail avec Artemide  et Birdlife, inauguré au Salon du meuble de Milan, lors de l’édition tardive en septembre dernier, Covid oblige. Ses projets sont allés encore plus loin —  Dubaï, le Liban, Tokyo, les États-Unis — sa vision d’entreprise est celle d’un créateur-entrepreneur, l’un n’allant pas sans l’autre. Qui n’a pas deviné les origines italo-tessinoises derrière le patronyme de Davide ? «J’ai vécu Sur la Riviera durant mes études, mais je suis d’origine tessinoise, du village de Paradiso à côté de Lugano. Je suis né à Fribourg et ai j’ai passé mon enfance en Gruyère.» Il avait 8 ans quand il a créé son alarme infrarouge pour empêcher sa grande sœur d’entrer dans sa chambre!

Les envies divergent et le destin se forge lentement. Inspiré par le domaine du paramédical, il entame une formation de physiothérapeute qu’il abandonne au profit des arts décoratifs à Vevey où il et a pu apprendre à tout manufacturer par lui-même. Il a dessiné, découpé, soudé et pratiqué les classiques pour forger son imaginaire. Comme avec sa troupe de théâtre entre copains pendant l’adolescence. Davide Oppizzi n’a pas eu besoin de passer par les cursus habituels comme l’ECAL ou la HEAD pour faire partie intégrante du panorama du design suisse et y briller. «La première manifestation de reconnaissance est arrivée des États-Unis. C’était pour la collection Ametis, douche futuriste créée pour Graff qui a gagné 13 awards en 2012. Le monde du design Suisse ne fait pas particulièrement la place aux cursus atypiques, malgré les projets avec les bureaux locaux comme Atelier Oï, avec qui nous avons monté des stands pour Baume et Mercier», Davide Oppizzi se souvient que l’on disait de lui qu’il était un martien singulier, hors des sentiers battus. 

Projet Graff (crédit: DCube.Swiss)

Son autonomie de pensée le distingue pourtant. Hybride, il navigue d’un design industriel totalement technologique à quelque chose de beaucoup plus artistique. «Je crée pour un monde intimiste qui est le mien et que je fais matcher avec des entreprises, ça vient du cœur, je ne suis pas dépendant de l’extérieur, j’aime prendre des risques sans suivre une tendance, en puisant dans les innovations technologiques ou dans le traitement des matériaux contemporains.» La fusion entre lart et la technologie relève de cette caractéristique qui sapparente à un besoin de plus de biodiversité dans le monde du design. «Cette dernière a beaucoup disparu et serait utile pour révéler la personnalité du designer qui en devient le maître», dit-il.

Ses réalisations sont de taille: «Nous sommes en train de développer pour une société de technologies outdoor des sculptures solaires. Cette collection nommée ART-E (Art & Énergie) est composée de monolithes aux divers matériaux (corten, verre, surfaces minérales) dans lesquels sont intégrés des panneaux solaires de nouvelle génération colorée (au rendement de 200W), qui grâce à la technologie de verre Chromatix, rendent invisibles les cellules solaires souvent peu esthétiques.»

Projet Galerie rue du Rhône 8 Genève (crédit: DCube.Swiss)

« J’ai développé pour mon agence deux segments d’activité : la planification d’architecture et la création d’objets que je signe.» Depuis 2001, DCUBE.Swiss, c’est son affaire, sa boîte a 21 ans — il y pratique avec son équipe la création de design, autosuffisant, à savoir qu’ils produisent leurs propres objets et luminaires. Connus pour la planification d’éclairage, ils s’investissent dans le greentech et l’architecture. DCUBE.Swiss s’est spécialisée récemment dans la lumière circadienne capable d’améliorer les conditions psychosomatiques des êtres vivants sous celle-ci, tant dans le secteur hospitalier que dans le secteur privé. «La vibration du matériau est liée à la lumière, qui est matière: si on ne la considère pas comme telle, on risque d’avoir des problèmes, car on n’aura pas choisi la bonne projection sur le bon matériau. Ce dernier se transforme complètement lorsqu’il est analysé en amont.» Et c’est là que commence le jeu des ombres et des rayons, des faisceaux et des nuances. Davide Oppizzi l’enseigne depuis bientôt dix ans : «La lumière et ses nombreuses typologies (teinte, puissance, positionnement dans l’espace, intensité, variation, ouverture de focale), le jeu de la lumière naturelle, apportent un atout majeur en architecture. Dans les habitations individuelles, l’essentiel est de la faire pénétrer au bon moment au bon endroit à chaque saison. «Toutefois, si l’architecte n’a pas la connaissance de mise en valeur de l’espace avec de la lumière artificielle et non naturelle, ça devient problématique.» 

Le designer porte une attention particulière aux nuances et précise que si une lumière n’a pas la bonne teinte kelvin qui fait ressortir le matériau correctement, une distorsion des couleurs a lieu et le résultat en pâtit. Un exemple ? À l’Hôpital de La Tour, DCUBE.Swiss a collaboré avec les médecins afin de créer une lumière dynamique capable d’accompagner les patients dans toutes les étapes des soins de radiothérapie pour que les différents spectres lumineux diminuent le sentiment d’anxiété, d’oppression, de nervosité chez le patient devant affronter ce type de soins. Ainsi, des ciels artificiels capables de générer une lumière très chaude qui stimule la production de mélatonine ont été intégrés dans les salles de traitement. Cela s’est révélé indispensable lors de la pandémie, le sommeil dans une ambiance qui respecte le rythme naturel étant indispensable. «La lumière peut accompagner pour réguler le cycle. La lumière est matière, la lumière est mémoire. Le champ d’expérimentation étant parfois limité, il faut tenir compte de notre expérience passée qui est enregistrée dans notre mémoire et nous conditionne.»

Projet Audermars Piguet Le Locle (crédit : AP)

Depuis toujours, l’homme s’évertue à reproduire la lumière du soleil. Davide Oppizzi a cerné les tenants et les aboutissants de ce mystère. Au fil du temps, les outils de l’éclairage ont évolué, la torche, la lampe à huile, l’ampoule, l’halogène et son léger papillonnement et aujourd’hui, la LED, «une technologie perfectible, mais économe, efficace et à basse consommation». La question est toujours celle de comprendre ce que l’œil perçoit en termes de réalité grâce à la lumière. «Comme je le dis dans l’article que j’ai écrit pour Electrosuisse, Human centric lighting, nous devons nous souvenir que nous sommes partis de la guerre du feu pour avoir la lumière de dehors à l’intérieur !»

L’humain est au centre de la question, c’est la lumière qui va vers lui dans son activité plutôt que l’inverse. «J’expérimente sans cesse, mais ce que j’offre dans la lumière est un avantage qui permet de choisir son scénario à l’intérieur en fonction des humeurs de la personne et de sa manière de vivre.» Comme un régulateur de lumière, Davide Oppizzi a trouvé, en faisant la différence entre la perception et le ressenti de la lumière, les clés du bien-être sans, comme le fit le malheureux Icare qui vola trop près du soleil, se brûler les doigts sur une ampoule trop chaude.

Projet Needo Artemide (crédit: Artemide)

Texte: Monica D'Andrea
design
Du typographe  à l'affiche

Du typographe à l'affiche

Chris Gautschi est une famille de police de caractères à lui seul. Light, bold, italique, romain, extended… Il invente, se réinvente, toujours un comp...

design
Au-delà de l'imagination

Au-delà de l'imagination

design
Le magicien de la lumière

Le magicien de la lumière

Sans la lumière originelle, ne subsiste que le néant. C’est sur ce thème que Davide Oppizzi a décidé de travailler pour développer sa relation au monde. Différentes nuances de luminosité, de l’éclairage d’objet à la sculpture d’extérieur à panneau solaire, ce designer suisse nous guide sur le chemin de la matérialité de la lumière.

art
Carlos Leal, unique et éclectique

Carlos Leal, unique et éclectique

«Leal», ça veut dire loyal en espagnol. Une conversation avec notre Carlos national, comme ça, au détour d'une soirée riche en confidences de la part de l'homme,...

art
L'art au coeur

L'art au coeur

Au cœur de Megève, il y a une histoire. Familiale, cosy, chaude en hiver et agréable en été. Le lifestyle s’inscrit dans un hôtel aux touches «arty» et au lu...

art
Pour l'amour de l'art

Pour l'amour de l'art

Jusqu’au 6 avril, ne perdez plus de temps à chasser les œufs de Pâques. Retracez plutôt les projets de l’exposition urbaine «I Love #ArtisteDici». Sur 135 candidatures, la Ville de Lausanne a choisi 45 artistes locaux pour tapisser les panneaux d’affichage de leurs œuvres. Photos, dessins, peintures, tout était permis : « Il faut relancer la culture!» insiste le programme  qui a lancé le top départ de l’initiative le
27 mars dernier.

architecture
« La forme suit le climat »

« La forme suit le climat »

Avec le recul, l'observation  et la précision, l'architecte suisse Philippe Rahm nous livre son point de vue sur la situation actuelle due à la pandémie. En revisitant l'histoire du bâti, il apporte un regard différent sur les choses, à l'instar de son oeil photographique original. 

design
Nemo tombe le masque

Nemo tombe le masque

Du sud de l’Italie à la scène mondiale, le designer et architecte Fabio Novembre nous raconte son parcours à travers Nemo, le fauteuil du Lupin 3.0.

art
Thomas Mustaki

Thomas Mustaki

La maxime Ars longa vita brevis qu’il avait tatouée sur son avant-bras aura pris tous son sens, le mardi 8 décembre 2020. 

art
Le message dans la capsule

Le message dans la capsule

L’art de rue, le meilleur moyen de véhiculer un message vite et bien. Ou vite et beau, vrai, fort, haut. Sapiens repeint son environnement à la force de l’arabica...

art
Guernica qui peut

Guernica qui peut

L’artiste Max Petrone sort de l’ordinaire. Ses peintures au café, ses portraits et son éclectisme font de lui un peintre du contemporain. Un peu street, aux coule...

art
Se souvenir des bonnes choses

Se souvenir des bonnes choses

Les Éditions Macula publient Servez citrons., livre de recettes gastronomiques où les plats sont photographiés après avoir été dévorés.

architecture
L'architecture vole la scène

L'architecture vole la scène

L’architecture se rapporte à l’espace, au temps et aux lieux. Vincent Baudriller, directeur du Théâtre Vidy, l’inclut dans l’art scénique et raconte sa vision du bâti.

design
Le masque ou la vie

Le masque ou la vie

Le projet BYOM (bring your own mask) d’Hyperaktiv est en train d’enflammer le Net. Les designers sollicités par Raphaël Lutz et son équipe ont proposé moult manières de concevoir le masque en cette période de post-confinement. Pour lier l’utile à l’agréable.

architecture
Nanda Vigo, la femme lumière

Nanda Vigo, la femme lumière

Le machisme des années 1960 l’a pendant longtemps marginalisée. Décédée le 16 mai, l’artiste et architecte milanaise cherchait l’évasion dans la couleur, les miroirs et l’espace cosmique.

design
Le théâtre intérieur de Gae Aulenti

Le théâtre intérieur de Gae Aulenti

Le Vitra Design Museum prolonge d’un an l’exposition consacrée à l’architecte et designer italienne. Plus connue pour sa production d'objets que pour ses réalisat...

art
Artiste bandit

Artiste bandit

Des rues de Gênes à celles de Milan, de la jet-set de Monaco à celle de Miami, MYFO78 pose son style. Amant de l’art de rue, du pop, il est autodidacte et connaît un succès qui va crescendo.

architecture
« La beauté peut nous aider à nous sentir plus heureux »

« La beauté peut nous aider à nous sentir plus heureux »

Il a 48 ans et travaille partout dans le monde. Entretien avec l’architecte, architecte d'intérieur et designer bolognais Matteo Nunziati qui parle de son métier face à une pandémie qui frappe durement son pays. (crédit: Dinah Wille)

art
Hauser & Wirth en réalité virtuelle

Hauser & Wirth en réalité virtuelle

Face à la pandémie, la galerie zurichoise accélère le lancement d’ArtLab, son programme d’exposition numérique.

design
¡ Hola Paco !

¡ Hola Paco !

On aime les fonts, les typos, les polices, les familles de caractères qui ont du… chien ! Xavier Cerdá crée Paco, une police bien typée.

design
Les B.A. d'Yves Béhar

Les B.A. d'Yves Béhar

Depuis sa base de San Francisco, le designer suisse imagine aujourd'hui les objets qui, demain, aideront la société à devenir meilleure.

design
Virgil Abloh se lance dans le street design

Virgil Abloh se lance dans le street design

Le designer à tout faire signe une collection de mobilier en béton graffé et troué, éditée par le galeriste parisien kreo.

art
Un disque par sa pochette

Un disque par sa pochette

Les mille vies de George Antheil, le «Bad Boy Of Music», photographié par Man Ray.

design
Un café à la page

Un café à la page

C’était l’ancienne Cravaterie, celle sous le Conservatoire, vous vous en souvenez? Découverte d'un nouveau café lausannois à la déco raffinée et spécialisée.

design
Julie Barrier,  métal précieuse

Julie Barrier, métal précieuse

Créatrice de bijoux, elle est originale, libre et transforme tout ce qu’elle touche en or… 14 carats.

design
Hella Jongerius défend ses fils

Hella Jongerius défend ses fils

Au centre Lafayette Anticipation, la designer néerlandaise redonne ses lettres de noblesse au tissage.

design
Design famililal

Design famililal

Un designer peut en cacher un autre. Comme Lorenzo Lazzeroni qui rend plus vrai que vrai les meubles dessinés par son père pour Poltrona Frau.

art
Hauser & Wirth sont sur une île…

Hauser & Wirth sont sur une île…

La galerie zurichoise ouvrira en 2020 un centre culturel à Minorque, sur l’Isla del Rey.

design
A Bâle, les Dimore comme dans un film

A Bâle, les Dimore comme dans un film

Pour se première participation à Design Miami / Basel, la Dimore Gallery de Dimore Studio rend hommage à l’architecte milanais Piero Portaluppi.

design
L'autre design latino

L'autre design latino

Le label lausannois Republica Austral présente à Bruxelles ses designers venus du Chili, d’Argentine et d’Uruguay.

design
Tom Dixon de retour à Milan

Tom Dixon de retour à Milan

Figure du design contemporain, rebelle, autodidacte et visionnaire, l'Anglais a ouvert son café Manzoni à l'occasion du Salon du meuble de Milan

design
Du style en attique

Du style en attique

Pendant le FuoriSalone de Milan, le designer Daniele Daminelli occupe le 25e étage de la Torre Velasca avec une exposition à l’ambiance cinématographique.

design
Formafantasma lights the light

Formafantasma lights the light

A Milan, le duo de designers italiens présente ses nouvelles collaboration avec Flos et dzek. 

design
Parfums précieux

Parfums précieux

Alberto Morillas, un nez hors du commun, que tout le monde connaît... sans le savoir. 

architecture
Aesch, école béton

Aesch, école béton

Entre 1959 et 1962, Walter Förderer construit dans la campagne bâloise cet étonnant collège à la marge entre l'architecture et la sculpture. 

design
Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…

Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…

Influencé par la « Gute Form », le design suisse des années 1940 à 1960 conquiert le marché de l’art et les amateurs de vintage. Pourtant, ses auteurs restent encore très méconnus. 

art
Curare  Curating  Curiosity

Curare Curating Curiosity

Rencontre avec, Hans Ulrich Obrist, curateur curieux et gardien du savoir et du souvenir.

architecture
Archiculte, archisacré

Archiculte, archisacré

Objet d'avant-garde, parfois expérimental, l'église moderne atteste de l'infinie variété de formes qu'incite l'inspiration divine. Comme quoi, l'architecture reli...

design
Retour à Memphis

Retour à Memphis

Fondé par Ettore Sottsass, le mouvement mettait du pop dans le design des années 80. 30 ans plus tard il inspire une nouvelle génération de créateur.

design
«Je suis en guerre contre le monde»

«Je suis en guerre contre le monde»

Ses colères sont homériques, son talent immense. Rencontre avec Enzo Mari, designer très indigné.

art
«Un arbre de Noël est une oeuvre d'art 11 mois par an»

«Un arbre de Noël est une oeuvre d'art 11 mois par an»

Inspiré par la science-fiction, la musique et le cinéma, fasciné par l'art et son rapport au temps, Philippe Parreno expose désormais seul après avoir longtemps cultivé l'esprit de bande.

design
Et soudain, la lumière...

Et soudain, la lumière...

Interview « Light » avec Naoto Fukasawa, maître de la forme, un sensei du design Super Normal.

architecture
S comme Superstudio

S comme Superstudio

D'Architectonique à Weissenhofsiedlung, de Modulor à Pritzker, petit dictionnaire constructif des mots du bâti.

architecture
Philip Johnson et le gratte-ciel-jouet

Philip Johnson et le gratte-ciel-jouet

L'AT & T Building, monument postmoderne dont l'auteur a milité pour l'épure avant de basculer dans le côté obscure.