Retour à Memphis
design

Retour à Memphis

Le nom évoque à la fois Elvis et les pharaons de la Ve dynastie. Memphis comme les racines du rock blanc et du roi Ménès. Mais aussi comme celles d’un groupe de designers milanais qui choisit comme nom de guerre celui de la ville du Tennessee en souvenir d’un tube de Bob Dylan (Stuck Inside of Mobile with the Memphis Blues Again). Fondé en 1981 par Ettore Sottsass, dispersé en 1988, Memphis comptait parmi ses membres les Italiens Alessandro Mendini, Andrea Branzi et Michele de Lucchi, mais aussi l’Allemand Hans Hollein, le Japonais Shiro Kuwamata, les Françaises Martine Bedin et Nathalie du Pasquier et l’Américain Michael Graves.
Leur idée? Rompre avec le formalisme de l’époque qui impose depuis 50 ans sa vision du monde orthogonale et blanche. Memphis réactive le pep du pop art et le kitsch de l’art déco, va chercher l’inspiration dans les cartoons et la science-fiction. Mouvement design phare du post-modernisme, Memphis dessine des lampes-jouets, des canapés-bd et des bibliothèques-totems à pois ou zébrées en couleur fluo. Il a aussi son fan absolu: Karl Lagerfeld qui adopte le total look milanais dans l'un de ces palais parisiens. Et puis le style passa. Le design qui ne se prenait pas au sérieux est aujourd’hui la coqueluche des collectionneurs et des ventes aux enchères. Fin de l'histoire.

La collection De Natura Fossilium de Formafantasma, 2014 (crédit: Formafantasma)

Pas tout à fait. Depuis quelque temps déjà, le mouvement est redevenu une source d'inspiration pour les jeunes designers. Memphis voulait remettre de la fantaisie dans un monde des objets plombé par la déprime et le conformisme. Les post-Memphis rejoueraient-ils la même partition dans un contexte pas si différent? Car les grandes maisons malmenées par la crise attendent que le souffle du boulet passe, condamnant les designers à répéter inlassablement les formes qui plaisent au marché. D'où l'envie chez certains de sortir de ce plan plan-plan. Et de remettre du fun là où il n'y en avait plus. «Même s'il me semble que la crise des années 90 était plus violente que celle qui nous frappe actuellement. Je dirais que cet engouement pour Memphis participe d'un mouvement plus général de relecture des années 80», estime Philippe Thomé, historien de l'art genevois, auteur d'une somme colossale sur Ettore Sotsass qui vient de sortir chez l'éditeur Phaidon. Une bible indispensable de 500 pages remplie d'images inédites et qui fait le tour définitif de la question. «Contrairement à l'architecture qui n'a pas vraiment tenu la distance, le design a survécu au post-modernisme. Alors oui, peut-être que Memphis agit aujourd'hui comme une sorte d'antidote métaphorique en proposant une alternative esthétique au pessimisme ambiant.»

Les «Vases Coques» et «Vases Oreilles» créés par Julie Richoz au Centre International de Recherche sur le Verre et les Arts plastiques (CIRVA) à Marseille participent quelque part à ce joyeux moment dans l'histoire des formes qui remettait le travail du verre au milieu du design. «Lors de ma visite du centre, j'ai vu beaucoup de pièces d'Ettore Sotsass. Ca m'a forcément influencé», se souvient la designer suisse formée l'Ecal, mais habitant désormais à Paris où elle travaille dans l'atelier du designer Pierre Charpin.
«Memphis est une période que j'ai beaucoup aimé redécouvrir. Jusqu'à présent mes objets étaient fins et légers. J'avais envie d'expérimenter le volume et l'épaisseur. Il y a ce côté lourd et imposant dans les productions Memphis. Peut-être que cet aspect monumental est ce qui plaît aux designers de ma génération.» Chez Formafantasma qui se revendique aussi de cet héritage, ce caractère mastoc passe par l'usage d'un matériau rarement vu dans le design contemporain.

Vases "Oreilles d'éléphant" par Julie Richoz (crédit: Julie Richoz)

Formé par deux Italiens, Andrea Trimarchi et Simone Farresin, qui vivent à Amsterdam, le studio exposait au dernier Salon du Meuble de Milan une collection de petites pièces réalisées en pierre de lave de l'Etna et du Stromboli. Des tables basses noires de basalte, mais dont la géométrie se réclamait, dans l'idée du moins, d'Ettore Sottsass. «Dans mon travail, je reprends certains éléments du vocabulaire de Memphis, comme le triangle, l'utilisation de la diagonale et plus largement tout ce qui à trait au champ coloré», explique l'artiste genevoise Anne Minazio dont l'atelier aux Grottes sert aussi d'espace d'expo sous le nom de Hit. «J'aime la liberté de ce mouvement et cette volonté de briser les codes avec le goût de l'époque. Je me souviens avoir lu Sottsass expliquant: «une table c'est un plateau posé sur quatre pieds et ne me demandez pas comment elle est fabriquée». Moi, ce genre de radicalité, ça me parle.»

Cela dit, si le retour de Memphis dans le design est indéniable, la raison de ce regain d'intérêt apparait aussi plus triviale. «Je ne retrouve pas forcément dans les objets d'aujourd'hui la même énergie revendicatrice», remarque Julie Richoz. Le design tend de plus en plus vers la mode et lorsqu'il récupère ce genre d'esthétiques anciennes c'est surtout pour coller à une tendance.» Adieu donc la jolie théorie qui voyait dans ce retour une réaction salutaire des designers face à la sinistrose d'un secteur des arts appliqués en panne d'inspiration. D'autant que Martine Bedin pense exactement la même chose. La designer sait de quoi elle parle: Memphis elle l'a vécu de l'intérieur.

Martine Bedin et Mai-Thu Perret à la Fondation Speerstra (crédit: Annik Wetter)

Membre de la première heure, elle est notamment l'auteure de «Super!» une lampe de chevet devenue un classique avec ses six ampoules alignées sur le toit arrondi d'une sorte de voiture-joujou. «Je revois des formes et des couleurs inspirées par Memphis, mais l'esprit n'y est pas. Si vous devez travailler avec un langage de rupture, vous en inventez un. Memphis a 30 ans. Et même si aujourd'hui les temps sont durs pour le design et les designers, le contexte est complètement différent. Pour moi, la vraie cassure serait d'arrêter de dessiner et de fermer les écoles où on apprend aux étudiants à faire ce qui marche en feuilletant des magazines de décoration», tempête celle dont une dizaine de pièces produites spécialement par la Fondation Speerstra à Apples dialoguaient en 2014 avec des néons de l'artiste genevoise Mai-Thu Perret.

En cela, il faut reconnaître que certaines marques font tourner la machine nostalgique à toutes berzingues. La marque Hay vient ainsi de ressortir des cartons les tissus de Nathalie du Pasquier. La Française inventait pour Memphis des textiles graphiques inspirés des imprimés «wax» africains. Elle signe pour le fabricant de meubles danois une série de cabas branchés et de coussins pops et très gais. C'est la même Nathalie du Pasquier à qui American Apparel commandait pour l'été toute une collection basée sur ses dessins. Memphis comme un produit dérivé? De quoi avoir quand même un peu le blues.

A lire: Ettore Sottsass, Philippe Thomé, ed. Phaidon, 500 pp., www.phaidon.com


Texte Emmanuel Grandjean


design
Julie Barrier,  métal précieuse

Julie Barrier, métal précieuse

Créatrice de bijoux, elle est originale, libre et transforme tout ce qu’elle touche en or… 14 carats.

design
Hella Jongerius défend ses fils

Hella Jongerius défend ses fils

Au centre Lafayette Anticipation, la designer néerlandaise redonne ses lettres de noblesse au tissage.

design
Design famililal

Design famililal

Un designer peut en cacher un autre. Comme Lorenzo Lazzeroni qui rend plus vrai que vrai les meubles dessinés par son père pour Poltrona Frau.

art
Hauser & Wirth sont sur une île…

Hauser & Wirth sont sur une île…

La galerie zurichoise ouvrira en 2020 un centre culturel à Minorque, sur l’Isla del Rey.

design
A Bâle, les Dimore comme dans un film

A Bâle, les Dimore comme dans un film

Pour se première participation à Design Miami / Basel, la Dimore Gallery de Dimore Studio rend hommage à l’architecte milanais Piero Portaluppi.

design
L'autre design latino

L'autre design latino

Le label lausannois Republica Austral présente à Bruxelles ses designers venus du Chili, d’Argentine et d’Uruguay.

design
Tom Dixon de retour à Milan

Tom Dixon de retour à Milan

Figure du design contemporain, rebelle, autodidacte et visionnaire, l'Anglais a ouvert son café Manzoni à l'occasion du Salon du meuble de Milan

design
Du style en attique

Du style en attique

Pendant le FuoriSalone de Milan, le designer Daniele Daminelli occupe le 25e étage de la Torre Velasca avec une exposition à l’ambiance cinématographique.

design
Formafantasma lights the light

Formafantasma lights the light

A Milan, le duo de designers italiens présente ses nouvelles collaboration avec Flos et dzek. 

design
Parfums précieux

Parfums précieux

Alberto Morillas, un nez hors du commun, que tout le monde connaît... sans le savoir. 

architecture
Aesch, école béton

Aesch, école béton

Entre 1959 et 1962, Walter Förderer construit dans la campagne bâloise cet étonnant collège à la marge entre l'architecture et la sculpture. 

design
Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…

Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…

Influencé par la « Gute Form », le design suisse des années 1940 à 1960 conquiert le marché de l’art et les amateurs de vintage. Pourtant, ses auteurs restent encore très méconnus. 

art
Curare  Curating  Curiosity

Curare Curating Curiosity

Rencontre avec, Hans Ulrich Obrist, curateur curieux et gardien du savoir et du souvenir.

architecture
Archiculte, archisacré

Archiculte, archisacré

Objet d'avant-garde, parfois expérimental, l'église moderne atteste de l'infinie variété de formes qu'incite l'inspiration divine. Comme quoi, l'architecture reli...

design
Retour à Memphis

Retour à Memphis

Fondé par Ettore Sottsass, le mouvement mettait du pop dans le design des années 80. 30 ans plus tard il inspire une nouvelle génération de créateur.

design
«Je suis en guerre contre le monde»

«Je suis en guerre contre le monde»

Ses colères sont homériques, son talent immense. Rencontre avec Enzo Mari, designer très indigné.

art
«Un arbre de Noël est une oeuvre d'art 11 mois par an»

«Un arbre de Noël est une oeuvre d'art 11 mois par an»

Inspiré par la science-fiction, la musique et le cinéma, fasciné par l'art et son rapport au temps, Philippe Parreno expose désormais seul après avoir longtemps cultivé l'esprit de bande.

design
Et soudain, la lumière...

Et soudain, la lumière...

Interview « Light » avec Naoto Fukasawa, maître de la forme, un sensei du design Super Normal.

architecture
S comme Superstudio

S comme Superstudio

D'Architectonique à Weissenhofsiedlung, de Modulor à Pritzker, petit dictionnaire constructif des mots du bâti.

architecture
Philip Johnson et le gratte-ciel-jouet

Philip Johnson et le gratte-ciel-jouet

L'AT & T Building, monument postmoderne dont l'auteur a milité pour l'épure avant de basculer dans le côté obscure.