Guernica qui peut
art

Guernica qui peut

Il a grandi en étant entouré de peintures et d’œuvres. «Celles que mes parents collectionnaient dans ce qui est aujourd’hui ma casa-studio. Ils dégottaient des objets, des masques, des toiles, des pièces design ou de brocantes, tout pour me forger un univers éclectique», raconte le peintre aux origines du sud de l’Italie. Max Petrone est né et vit à Turin. Il a fait de sa passion son travail et se souvient qu’il a toujours aimé dessiner. «Ma mère me donnait toujours des feuilles et des crayons et j’en redemandais.»


Guernica 3000 (crédit: Andrea NOSE Barchi)


En plein confinement, il a communié avec l’œuvre du maître Picasso pour lui ravir Guernica, qu’il projette dans le troisième millénaire. En constante expérimentation dans son processus artistique, sa récolte est fructueuse. «J’ai  toujours été un autodidacte, mais je me suis inscrit au lycée artistique, où mes professeurs m’ont inculqué le goût de l’art, la créativité et où j’ai pu développer mon intuition. J’ai commencé à poster mes réalisations sur les réseaux sociaux et c’est par ce biais que j’ai décroché des collaborations qui m’ont catapulté dans une nouvelle dimension artistique.» Sa capacité à mélanger diverses techniques et à expérimenter de nouveaux styles est reconnue comme une des plus originales en Italie. Il a déjà exposé à la Biennale de Venise ; ses huiles, sprays et acryliques expriment son originalité autant que ses travaux de graphisme, ses vidéos et sa manière de revisiter des objets design.

Work in progress

En effet, Max Petrone n’a pas que du sang dans les veines. Spécialiste de la technique picturale au café, il en a fait un live painting à l’occasion de l’Exposition universelle à Milan en 2015 pour illy, la célèbre marque de café italien qui a vu Jeff Koons, James Rosenquist, Marina Abramovic ou encore Matteo Thun signer tasses et boîtes à café design en éditions limitées et numérotées. Son parcours comprend des pièces éclectiques mais son style est unique. Ce portraitiste issu des beaux-arts, formation supérieure qu’il n’a pas terminée pour se mettre à travailler concrètement, s’affirme dans une ligne directrice qu’il reprend pour sa dernière création: «Les bons artistes copient, les grands artistes volent». C’est en volant cette citation à son auteur, Pablo Picasso, que Max Petrone a réinterprété une œuvre majeure, sans même la renommer, si ce n’est de manière numérale. Guernica 3000 se veut à l’image de la société actuelle, une explosion d’expressions qui suit l’isolement induit par la pandémie de Covid-19. «L’occasion de rester concentré, et enfermé pendant le confinement imposé par les autorités italiennes m’a permis de réaliser cette toile très personnelle dans un moment – coïncidence ou non – qui marquera l’histoire, au même titre que la mort de José Gomez Ortega et la guerre civile espagnole dans le cadre du drame de la ville de Guernica avaient inspiré Picasso en 1937.»

Max Petrone (crédit: Andrea NOSE Barchi)

Comme un hymne à l’art contemporain et futuriste en même temps, Max Petrone a passé un mois à rassembler des images, à faire des croquis et encore un mois pour réaliser cette toile. «J’ai conservé le schéma et la composition originale de l’œuvre, en me l’appropriant, en la revisitant et en la bouleversant complètement», continue l’outsider qui fuit les galeries et travaille sans agent, sans bureau de communication mais implique son entourage dans ses projets.

Pour celui qui n’a jamais exercé d’autre métier qu’artiste, cette réinterprétation mélange tous ses styles picturaux et graphiques. Son point de départ a été un collage photographique qu’il a réalisé seul. «J’ai modulé les noirs et les blancs, ainsi que les gris, dans une balance qui devait atteindre l’objectif que je m’étais fixé», continue Max Petrone qui a non seulement respecté l’œuvre originale, mais aussi mis en pratique l’enseignement du maître, en lui dérobant son approche. «J’ai également conservé les dimensions du tableau qui mesure plus de 3 mètres de haut sur presque 8 mètres de long. Qui sait, peut-être que ma toile aura le même destin que Guernica, d’abord exposée au MOMA de New York puis de retour en Espagne en 1981, au musée Reina Sofia à Madrid.» En attendant, on trouve ses peintures sur Saatchi art et en le contactant directement via les réseaux sociaux, sur lesquels il est actif, artiste, mais homme du monde avant tout.

 Voir son travail en vidéo, réalisée par Alessandro Pisani pour le magazine Grey Ladder.


Texte: Monica D'Andrea


art
Guernica qui peut

Guernica qui peut

L’artiste Max Petrone sort de l’ordinaire. Ses peintures au café, ses portraits et son éclectisme font de lui un peintre du contemporain. Un peu street, aux coule...

art
Se souvenir des bonnes choses

Se souvenir des bonnes choses

Les Éditions Macula publient Servez citrons., livre de recettes gastronomiques où les plats sont photographiés après avoir été dévorés.

architecture
L'architecture vole la scène

L'architecture vole la scène

L’architecture se rapporte à l’espace, au temps et aux lieux. Vincent Baudriller, directeur du Théâtre Vidy, l’inclut dans l’art scénique et raconte sa vision du bâti.

design
Le masque ou la vie

Le masque ou la vie

Le projet BYOM (bring your own mask) d’Hyperaktiv est en train d’enflammer le Net. Les designers sollicités par Raphaël Lutz et son équipe ont proposé moult manières de concevoir le masque en cette période de post-confinement. Pour lier l’utile à l’agréable.

architecture
Nanda Vigo, la femme lumière

Nanda Vigo, la femme lumière

Le machisme des années 1960 l’a pendant longtemps marginalisée. Décédée le 16 mai, l’artiste et architecte milanaise cherchait l’évasion dans la couleur, les miroirs et l’espace cosmique.

design
Le théâtre intérieur de Gae Aulenti

Le théâtre intérieur de Gae Aulenti

Le Vitra Design Museum prolonge d’un an l’exposition consacrée à l’architecte et designer italienne. Plus connue pour sa production d'objets que pour ses réalisat...

art
Artiste bandit

Artiste bandit

Des rues de Gênes à celles de Milan, de la jet-set de Monaco à celle de Miami, MYFO78 pose son style. Amant de l’art de rue, du pop, il est autodidacte et connaît un succès qui va crescendo.

architecture
« La beauté peut nous aider à nous sentir plus heureux »

« La beauté peut nous aider à nous sentir plus heureux »

Il a 48 ans et travaille partout dans le monde. Entretien avec l’architecte, architecte d'intérieur et designer bolognais Matteo Nunziati qui parle de son métier face à une pandémie qui frappe durement son pays. (crédit: Dinah Wille)

art
Hauser & Wirth en réalité virtuelle

Hauser & Wirth en réalité virtuelle

Face à la pandémie, la galerie zurichoise accélère le lancement d’ArtLab, son programme d’exposition numérique.

design
¡ Hola Paco !

¡ Hola Paco !

On aime les fonts, les typos, les polices, les familles de caractères qui ont du… chien ! Xavier Cerdá crée Paco, une police bien typée.

design
Les B.A. d'Yves Béhar

Les B.A. d'Yves Béhar

Depuis sa base de San Francisco, le designer suisse imagine aujourd'hui les objets qui, demain, aideront la société à devenir meilleure.

design
Virgil Abloh se lance dans le street design

Virgil Abloh se lance dans le street design

Le designer à tout faire signe une collection de mobilier en béton graffé et troué, éditée par le galeriste parisien kreo.

art
Un disque par sa pochette

Un disque par sa pochette

Les mille vies de George Antheil, le «Bad Boy Of Music», photographié par Man Ray.

design
Un café à la page

Un café à la page

C’était l’ancienne Cravaterie, celle sous le Conservatoire, vous vous en souvenez? Découverte d'un nouveau café lausannois à la déco raffinée et spécialisée.

design
Julie Barrier,  métal précieuse

Julie Barrier, métal précieuse

Créatrice de bijoux, elle est originale, libre et transforme tout ce qu’elle touche en or… 14 carats.

design
Hella Jongerius défend ses fils

Hella Jongerius défend ses fils

Au centre Lafayette Anticipation, la designer néerlandaise redonne ses lettres de noblesse au tissage.

design
Design famililal

Design famililal

Un designer peut en cacher un autre. Comme Lorenzo Lazzeroni qui rend plus vrai que vrai les meubles dessinés par son père pour Poltrona Frau.

art
Hauser & Wirth sont sur une île…

Hauser & Wirth sont sur une île…

La galerie zurichoise ouvrira en 2020 un centre culturel à Minorque, sur l’Isla del Rey.

design
A Bâle, les Dimore comme dans un film

A Bâle, les Dimore comme dans un film

Pour se première participation à Design Miami / Basel, la Dimore Gallery de Dimore Studio rend hommage à l’architecte milanais Piero Portaluppi.

design
L'autre design latino

L'autre design latino

Le label lausannois Republica Austral présente à Bruxelles ses designers venus du Chili, d’Argentine et d’Uruguay.

design
Tom Dixon de retour à Milan

Tom Dixon de retour à Milan

Figure du design contemporain, rebelle, autodidacte et visionnaire, l'Anglais a ouvert son café Manzoni à l'occasion du Salon du meuble de Milan

design
Du style en attique

Du style en attique

Pendant le FuoriSalone de Milan, le designer Daniele Daminelli occupe le 25e étage de la Torre Velasca avec une exposition à l’ambiance cinématographique.

design
Formafantasma lights the light

Formafantasma lights the light

A Milan, le duo de designers italiens présente ses nouvelles collaboration avec Flos et dzek. 

design
Parfums précieux

Parfums précieux

Alberto Morillas, un nez hors du commun, que tout le monde connaît... sans le savoir. 

architecture
Aesch, école béton

Aesch, école béton

Entre 1959 et 1962, Walter Förderer construit dans la campagne bâloise cet étonnant collège à la marge entre l'architecture et la sculpture. 

design
Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…

Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…

Influencé par la « Gute Form », le design suisse des années 1940 à 1960 conquiert le marché de l’art et les amateurs de vintage. Pourtant, ses auteurs restent encore très méconnus. 

art
Curare  Curating  Curiosity

Curare Curating Curiosity

Rencontre avec, Hans Ulrich Obrist, curateur curieux et gardien du savoir et du souvenir.

architecture
Archiculte, archisacré

Archiculte, archisacré

Objet d'avant-garde, parfois expérimental, l'église moderne atteste de l'infinie variété de formes qu'incite l'inspiration divine. Comme quoi, l'architecture reli...

design
Retour à Memphis

Retour à Memphis

Fondé par Ettore Sottsass, le mouvement mettait du pop dans le design des années 80. 30 ans plus tard il inspire une nouvelle génération de créateur.

design
«Je suis en guerre contre le monde»

«Je suis en guerre contre le monde»

Ses colères sont homériques, son talent immense. Rencontre avec Enzo Mari, designer très indigné.

art
«Un arbre de Noël est une oeuvre d'art 11 mois par an»

«Un arbre de Noël est une oeuvre d'art 11 mois par an»

Inspiré par la science-fiction, la musique et le cinéma, fasciné par l'art et son rapport au temps, Philippe Parreno expose désormais seul après avoir longtemps cultivé l'esprit de bande.

design
Et soudain, la lumière...

Et soudain, la lumière...

Interview « Light » avec Naoto Fukasawa, maître de la forme, un sensei du design Super Normal.

architecture
S comme Superstudio

S comme Superstudio

D'Architectonique à Weissenhofsiedlung, de Modulor à Pritzker, petit dictionnaire constructif des mots du bâti.

architecture
Philip Johnson et le gratte-ciel-jouet

Philip Johnson et le gratte-ciel-jouet

L'AT & T Building, monument postmoderne dont l'auteur a milité pour l'épure avant de basculer dans le côté obscure.