Du style en attique Construite entre 1956 et 1958, à Milan, la Torre Velasca témoigne du style Neo-Liberty italien. (crédit: DR)
design

Du style en attique

C’est un intérieur créé par Daniele Daminelli et qui sort des sentiers battus. Pendant le FuoriSalone de Milan, la Torre Velasca, symbole architectural de l’avant-garde milanaise, abrite, dans l’attique au 25étage, l’exposition de ce designer et décorateur, ancien membre de Dimore Studio qui excelle dans cette manière de raconter des histoires en mélangeant les objets de toutes les époques.

Table Velasca créée par Daniele Daminelli et fauteuils de Jordan Mozer. (crédit: @studio2046)

Dans un souffle particulier inspiré du passé, le jeune designer né à Bergame présente des pièces contemporaines: «Pour la semaine milanaise du design, j’ai pu monter une exposition dans ce lieu symbolique de Milan mandatée par le groupe Unipol, propriétaire de l’immeuble. Un contexte exclusif pour des objets rares, signés par des maestri du XXsiècle que j’ai associées à des créations de ma collection SUPERMOBILE2046», explique Daniele Daminelli qui a, ici, cherché l’inspiration chez James Turrell, cet artiste américain qui travaille avec l’espace et la lumière. 

C’est ainsi que tout l’attique vibre d’une aura fuchsia dans laquelle la table Velasca, aux pieds anguleux, règne en pièce maîtresse. Taillée dans un marbre Calacatta, provenant d’une carrière véronaise, elle est un « hommage à cette tour au style néo-Liberty italien, plutôt rationaliste. J’ai travaillé, pour aménager l’espace, sur le thème de la lumière. J’ai ainsi appliqué des pellicules colorées aussi bien sur les vitres que sur les lampes dans l’intention de créer une ambiance romantique futuriste, prête à accueillir mon mobilier.» 

Daniele Daminelli a ainsi imaginé la visite de cet appartement en duplex comme un parcours dans le temps. La table contemporaine Annalisa se retrouve ainsi combinée avec des chaises Eames et des fauteuils Josef Hoffmann des années 1920 qui viennent de chez Stilnovo. «J’ai aussi récupéré ce vieux banc de travail en métal des années 1950 auquel j’ai ajouté un plateau en marbre Calacatta violet, pour mettre en relation deux époques différentes. Elle ressemble à une table de Jean Prouvé.» 

La table en marbre Annalisa de Daniele Daminelli associée avec des chaises du bureau de Charles & Ray Eames. (crédit: @studio2046)

La paire de divans de Simon Gavina, recouverts de leur velours d’origine, a révolutionné les années 1970 en introduisant la couleur de manière forte. Ici, Daniele Daminelli l’a associé à un tapis des années 1920 de Nichols, qui absorbe la lumière dans sa matière. Le pouf de la ligne Velasca, qui accompagne la table basse produite spécialement pour le lieu, «reprend le thème des fauteuils avec les détails du pied en fer vernis. Le mobilier flexible du designer américain Jordan Mozer m’a inspiré pour ces deux objets qui se modulent selon les besoins», décrit Daniele Daminelli.

Le mélange entre des objets courants et des classiques du design exprime une sensation d’harmonie, libre d’interprétation. Marcel Breuer se confronte ainsi à Lucio Fontana, devant un cadre du XIXsiècle. L’écritoire de Gianfranco Frattini fait face aux chaises Pamplona d’Augusto Savini de 1965, les lampes iconiques de Hans-Arne Jakobsson, amplifient le surréalisme de l’instant. Sans oublier Gio Ponti dont Daniele Daminelli expose les décorations du Royal Continental Hotel de Naples, ou encore celles de l’Hôtel Parco dei Principi à Sorrente sur la côte amalfitaine.

Sur les murs, le designer a accroché des tirages de Luca Gilli, photographe et docteur en sciences naturelles. «Il commence à émerger en tant qu’artiste, comme moi en qualité de designer. Cette collaboration est l’aboutissement d’un travail de longue haleine. Nous voulions entamer un dialogue avec l’extérieur en profitant de la vue sur la skyline milanaise. Entre ce feeling et les aspects techniques, la recherche d’un équilibre entre nos deux langages a été très enrichissante», reprend le designer qui se souvient qu’au vernissage de l’exposition «Gilda Bojardi, qui a créé le FuoriSalone, parlait avec l’architecte Massimiliano Fuksas de cet endroit qui semble sortir de la réalité, la rendant intangible, alors que l’on observe depuis le balcon de la tour Velasca le panorama à 360 degrés sur la ville. C’est vrai que la variété des styles et des idées donne la sensation de se trouver ici tout en se sentant ailleurs.» Une impression renforcée par l’atmosphère à la David Lynch qui évoque quelque chose de Twin Peaks, mais aussi du Silencio, le club parisien imaginé par le réalisateur américain. «C’est l’un de mes cinéastes préférés. Même si c’est le film 2046 de Wong Kar-Wai qui a inspiré le nom de mon studio.» 

Au mur, une photo de Luca Gilli. Devant le fauteuil Utrecht de Gerrit Rietveld et un ensemble de bureau de Carlo Scarpa. (crédit: @studio2046)


Texte: Monica D'Andrea

design
Julie Barrier,  métal précieuse

Julie Barrier, métal précieuse

Créatrice de bijoux, elle est originale, libre et transforme tout ce qu’elle touche en or… 14 carats.

design
Hella Jongerius défend ses fils

Hella Jongerius défend ses fils

Au centre Lafayette Anticipation, la designer néerlandaise redonne ses lettres de noblesse au tissage.

design
Design famililal

Design famililal

Un designer peut en cacher un autre. Comme Lorenzo Lazzeroni qui rend plus vrai que vrai les meubles dessinés par son père pour Poltrona Frau.

art
Hauser & Wirth sont sur une île…

Hauser & Wirth sont sur une île…

La galerie zurichoise ouvrira en 2020 un centre culturel à Minorque, sur l’Isla del Rey.

design
A Bâle, les Dimore comme dans un film

A Bâle, les Dimore comme dans un film

Pour se première participation à Design Miami / Basel, la Dimore Gallery de Dimore Studio rend hommage à l’architecte milanais Piero Portaluppi.

design
L'autre design latino

L'autre design latino

Le label lausannois Republica Austral présente à Bruxelles ses designers venus du Chili, d’Argentine et d’Uruguay.

design
Tom Dixon de retour à Milan

Tom Dixon de retour à Milan

Figure du design contemporain, rebelle, autodidacte et visionnaire, l'Anglais a ouvert son café Manzoni à l'occasion du Salon du meuble de Milan

design
Du style en attique

Du style en attique

Pendant le FuoriSalone de Milan, le designer Daniele Daminelli occupe le 25e étage de la Torre Velasca avec une exposition à l’ambiance cinématographique.

design
Formafantasma lights the light

Formafantasma lights the light

A Milan, le duo de designers italiens présente ses nouvelles collaboration avec Flos et dzek. 

design
Parfums précieux

Parfums précieux

Alberto Morillas, un nez hors du commun, que tout le monde connaît... sans le savoir. 

architecture
Aesch, école béton

Aesch, école béton

Entre 1959 et 1962, Walter Förderer construit dans la campagne bâloise cet étonnant collège à la marge entre l'architecture et la sculpture. 

design
Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…

Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…

Influencé par la « Gute Form », le design suisse des années 1940 à 1960 conquiert le marché de l’art et les amateurs de vintage. Pourtant, ses auteurs restent encore très méconnus. 

art
Curare  Curating  Curiosity

Curare Curating Curiosity

Rencontre avec, Hans Ulrich Obrist, curateur curieux et gardien du savoir et du souvenir.

architecture
Archiculte, archisacré

Archiculte, archisacré

Objet d'avant-garde, parfois expérimental, l'église moderne atteste de l'infinie variété de formes qu'incite l'inspiration divine. Comme quoi, l'architecture reli...

design
Retour à Memphis

Retour à Memphis

Fondé par Ettore Sottsass, le mouvement mettait du pop dans le design des années 80. 30 ans plus tard il inspire une nouvelle génération de créateur.

design
«Je suis en guerre contre le monde»

«Je suis en guerre contre le monde»

Ses colères sont homériques, son talent immense. Rencontre avec Enzo Mari, designer très indigné.

art
«Un arbre de Noël est une oeuvre d'art 11 mois par an»

«Un arbre de Noël est une oeuvre d'art 11 mois par an»

Inspiré par la science-fiction, la musique et le cinéma, fasciné par l'art et son rapport au temps, Philippe Parreno expose désormais seul après avoir longtemps cultivé l'esprit de bande.

design
Et soudain, la lumière...

Et soudain, la lumière...

Interview « Light » avec Naoto Fukasawa, maître de la forme, un sensei du design Super Normal.

architecture
S comme Superstudio

S comme Superstudio

D'Architectonique à Weissenhofsiedlung, de Modulor à Pritzker, petit dictionnaire constructif des mots du bâti.

architecture
Philip Johnson et le gratte-ciel-jouet

Philip Johnson et le gratte-ciel-jouet

L'AT & T Building, monument postmoderne dont l'auteur a milité pour l'épure avant de basculer dans le côté obscure.