Design famililal Lorenzo Lazzeroni, concepteur 3D pour Lazzeroni studio (crédit: @Archiproducts)
design

Design famililal

Tout commence par une idée. De père en fils, de connaissance en développement, de technique en réalisation. Lorenzo Lazzeroni est, comme on dit en italien figlio d’arte. Son père, Roberto Lazzeroni, dessine depuis une dizaine d’années pour Poltrona Frau, maison de meubles fondée en 1912 par Renzo Frau, dont le siège se situe dans la région des Marches en Italie centrale. Lorenzo Lazzeroni est actif depuis toujours auprès de son père. Pour lui, l’un des objets les plus emblématiques du fabricant de mobilier se trouve être la chaise Ginger. Il l’associe au bureau Fred, oui, tous les objets portent des prénoms. Au sein du bureau Lazzeroni studio, Lorenzo fait du rendering. Comprenez en français «rendu photoréaliste», le processus en coulisses qui consiste à monter un visuel pour voir ce que les créations donneraient en vrai. C’est un peu simplifié, mais fondamentalement, le photoréalisme demande des compétences artistiques de mise en scène et de composition tridimentionnelle.

Il ne s’agit pas seulement de maîtriser les outils informatiques et de jouer avec des machines puissantes, l’adaptation d’un objet qui part de l’idée du designer pour arriver au monde réel est un véritable processus technique. «Le rendering que j’ai réalisé pour Ginger a été sélectionné et publié sur la galerie en ligne de Chaos Group dans le cadre du lancement de Vray Next, le software le plus utilisé dans le domaine», explique celui qui revendique un parcours dans une école d’art, l’Istituto d’arte ISA Cascina, et une pratique quotidienne de la décoration d’intérieur, des meubles, de la coupe artisanale des matériaux à la réalisation des objets. «Vivre l’artisanat comme une normalité m’a permis de donner de la valeur aux petites excellences qui survivent face aux grandes entreprises qui ont envahi le marché».

Rendu photoréaliste de la chaise Tanya pour «Visionnaire»... (crédit:@Lazzeroni Studio)

Comme il l’explique, la conception en 3D est la concrétisation d’une abstraction, « cette masse de données grâce à laquelle on sortira, concrètement un objet qui sera commercialisé, vendu et placé chez quelqu’un.» À partir de la maquette qui lui est fournie par le designer, le jeune graphiste aboutit par le processus de la modélisation à la situation en 3D de l’objet dans l’espace. Le rendering permet de concrétiser une idée qui part du papier pour le réaliser concrètement. Un peu comme si un rêve pouvait devenir instantanément réalité. La technologie inclut des lasers qui permettent carrément de scanner des surfaces pour les reproduire en trois dimensions. Vous voyez les cake designers ? De la farine et des œufs, on arrive à une pièce montée.

 

... et du bureau Fred. (crédit: @Lazzeroni Studio)

 Si l’architecture d’intérieur est un terrain de jeu, la famille Lazzeroni joue franc jeu. Ils se concentrent sur la recherche, mettent en avant l’histoire et les matériaux qu’ils travaillent : «Nous continuons la recherche et le développement dans une approche artisanale. La notion première de l’idée part du designer et fait le tour de la boîte pour se concrétiser dans un département de production. C’est une fabrique d’idées à 360 °», sourit celui dont la fonction consiste à fabriquer par la modélisation en 3D et, parallèlement, faciliter la prévisualisation des prototypes.  Ainsi, les modifications peuvent être apportées avant la réalisation. Le rendering est donc fondamental pour la sélection, la correction ou l’approbation des objets. À la question «Comment savoir lorsqu’un produit est viable ?», Lorenzo Lazzeroni répond : «C’est intuitif, le projet mûrit après avoir pris sont temps, un peu comme le vin, puis se concrétise quand c’est le moment. On le sent, c’est tout.»

 
Avec les yeux de tous les experts, l’œuvre d’art se sculpte en live. Le prototype est réalisé et la phase créative se réalise. «Comme pour la mode, on coupe, on réduit, car souvent, du dessin à la réalité il y a de la marge. Ainsi, de l’idée on passe au marché.» Lorenzo Lazzeroni est pragmatique dans ses descriptions : les objets particuliers rendent curieux, c’est pourquoi pour respecter une ligne créative, il est important de rester cohérent avec les idées de départ. «Par exemple, le fauteuil 1919 de Renzo Frau n’a subi qu’un restyling en 2019. Il est exposé au musée Poltrona Frau à Tolentino, siège de la marque, dont le projet architectural est signé Michele De Lucchi. Cette pièce historique devait garder sa nature dans le principe même de sa construction qui correspond aux critères de 1919. Elle est toujours au catalogue, car les détails sont vecteurs de savoir-faire.» Du point de vue de la posture, les changements ergonomiques sont adaptés selon l’air du temps. Aujourd’hui le porte-cigare est allègrement remplacé par le porte iPad ! Là aussi, une mise en situation est essentielle avant de finaliser et de présenter à la marque le rendu final.

 

... et de la lampe Novecento de Patrizia Garganti (crédit: @Lazzeroni Studio)


Lorenzo Lazzeroni est un amateur de musique, il exprime sa veine artistique de différentes manières, comme par le design digital, la création de graphismes inspirés aux polices de caractères de la typographie traditionnelle et moderne. «La conception et la modélisation en 3D d’un objet permettent également d’exprimer ma créativité, dans la mesure où il est une interprétation d’un dessin en 2D.»
La passion du lifestyle est fondamentale, aussi bien que l’attention aux matériaux et à la qualité, afin que les projets portent cette distinction qui donne le caractère à leur image à travers le monde. Comme la lampe 900, créée pour Patrizia Garganti et réalisée par Roberto Lazzeroni sur une idée de son fils. Elle dessine un mouvement de lumière dans l’obscurité, ce petit plus qui, comme on le constate chez Lorenzo Lazzeroni, rend les idées brillantes.


Texte: Monica D'Andrea

design
Julie Barrier,  métal précieuse

Julie Barrier, métal précieuse

Créatrice de bijoux, elle est originale, libre et transforme tout ce qu’elle touche en or… 14 carats.

design
Hella Jongerius défend ses fils

Hella Jongerius défend ses fils

Au centre Lafayette Anticipation, la designer néerlandaise redonne ses lettres de noblesse au tissage.

design
Design famililal

Design famililal

Un designer peut en cacher un autre. Comme Lorenzo Lazzeroni qui rend plus vrai que vrai les meubles dessinés par son père pour Poltrona Frau.

art
Hauser & Wirth sont sur une île…

Hauser & Wirth sont sur une île…

La galerie zurichoise ouvrira en 2020 un centre culturel à Minorque, sur l’Isla del Rey.

design
A Bâle, les Dimore comme dans un film

A Bâle, les Dimore comme dans un film

Pour se première participation à Design Miami / Basel, la Dimore Gallery de Dimore Studio rend hommage à l’architecte milanais Piero Portaluppi.

design
L'autre design latino

L'autre design latino

Le label lausannois Republica Austral présente à Bruxelles ses designers venus du Chili, d’Argentine et d’Uruguay.

design
Tom Dixon de retour à Milan

Tom Dixon de retour à Milan

Figure du design contemporain, rebelle, autodidacte et visionnaire, l'Anglais a ouvert son café Manzoni à l'occasion du Salon du meuble de Milan

design
Du style en attique

Du style en attique

Pendant le FuoriSalone de Milan, le designer Daniele Daminelli occupe le 25e étage de la Torre Velasca avec une exposition à l’ambiance cinématographique.

design
Formafantasma lights the light

Formafantasma lights the light

A Milan, le duo de designers italiens présente ses nouvelles collaboration avec Flos et dzek. 

design
Parfums précieux

Parfums précieux

Alberto Morillas, un nez hors du commun, que tout le monde connaît... sans le savoir. 

architecture
Aesch, école béton

Aesch, école béton

Entre 1959 et 1962, Walter Förderer construit dans la campagne bâloise cet étonnant collège à la marge entre l'architecture et la sculpture. 

design
Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…

Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…

Influencé par la « Gute Form », le design suisse des années 1940 à 1960 conquiert le marché de l’art et les amateurs de vintage. Pourtant, ses auteurs restent encore très méconnus. 

art
Curare  Curating  Curiosity

Curare Curating Curiosity

Rencontre avec, Hans Ulrich Obrist, curateur curieux et gardien du savoir et du souvenir.

architecture
Archiculte, archisacré

Archiculte, archisacré

Objet d'avant-garde, parfois expérimental, l'église moderne atteste de l'infinie variété de formes qu'incite l'inspiration divine. Comme quoi, l'architecture reli...

design
Retour à Memphis

Retour à Memphis

Fondé par Ettore Sottsass, le mouvement mettait du pop dans le design des années 80. 30 ans plus tard il inspire une nouvelle génération de créateur.

design
«Je suis en guerre contre le monde»

«Je suis en guerre contre le monde»

Ses colères sont homériques, son talent immense. Rencontre avec Enzo Mari, designer très indigné.

art
«Un arbre de Noël est une oeuvre d'art 11 mois par an»

«Un arbre de Noël est une oeuvre d'art 11 mois par an»

Inspiré par la science-fiction, la musique et le cinéma, fasciné par l'art et son rapport au temps, Philippe Parreno expose désormais seul après avoir longtemps cultivé l'esprit de bande.

design
Et soudain, la lumière...

Et soudain, la lumière...

Interview « Light » avec Naoto Fukasawa, maître de la forme, un sensei du design Super Normal.

architecture
S comme Superstudio

S comme Superstudio

D'Architectonique à Weissenhofsiedlung, de Modulor à Pritzker, petit dictionnaire constructif des mots du bâti.

architecture
Philip Johnson et le gratte-ciel-jouet

Philip Johnson et le gratte-ciel-jouet

L'AT & T Building, monument postmoderne dont l'auteur a milité pour l'épure avant de basculer dans le côté obscure.