Nanda Vigo, la femme lumière Exoteric Gate, 2016. (crédit: DR)
architecture

Nanda Vigo, la femme lumière

Dans l’édition 653 de la revue Domus, Alessandro Mendini interroge Nanda Vigo. Ils sont tous les deux architectes et designers, Milanais, mais le premier est sans doute plus connu que la seconde. Il lui demande d’ailleurs si elle ne s’est jamais sentie mise de côté. « Je suis un designer occulte, je prépare des dessins et les jette en l’air, puis quelqu’un d’autre les met en œuvre. Je ne sais pas dans quelle mesure j’appartiens à ce milieu », répond Nanda Vigo qui disparaissait le 16 mai 2020 à l’âge de 83 ans.


Due Più, 1971. (crédit: DR)


Designer occulte, certes, mais passionnée par la lumière, l’énergie du cosmos, le temps et le mouvement. La lumière, celle qui traverse les pleins et les vides de la Casa del Fascio de Giuseppe Terragni à Côme, exerce sur elle une fascination précoce. Nanda Vigo a 7 ans lorsqu’elle découvre qu’un bâtiment, par le jeu des contrastes des ombres et de la lumière, peut sculpter l’immatériel. Elle en fera sa vocation et son credo.

Fernanda Vigo apprend l’architecture à Lausanne, file ensuite aux États-Unis étudier les villas de Frank Lloyd Wright avant de rentrer dans sa Milan natale où elle ouvre son agence en 1959. La même année, elle entend parler d’un peintre qui cherche l’espace caché derrière le tableau en balafrant ses toiles à coups de couteau. Vigo s’invite dans l’atelier de ce dernier, Lucio Fontana, avec qui elle scelle une longue amitié. Il lui présente Piero Manzoni, l’artiste de la merde en conserve vendue à prix d’or et des achromes, ces tableaux plus blancs que les blancs de Malevitch. Les deux partagent une même vision artistique d’avant-garde. Il interroge le statut conceptuel de l’œuvre tandis qu’elle développe des environnements d’art total fait de lumière, d’ésotérisme géométrique et de surfaces réfléchissantes.

Nanda Vigo avec Piero Manzoni en 1962. (crédit: Archives Nanda Vigo)


Le couple projette de se marier même si Piero Manzoni interdit à Nanda Vigo de participer à des expositions en la sommant d’abandonner son métier. « Un jour, il est arrivé chez les ingénieurs avec qui je collaborais sur le projet des tours-cimetières à Rozzano, raconte Nanda Vigo dans une conversation avec l’architecte Alessandro Bava. Il m’a dit : sors d’ici où notre mariage n’aura pas lieu. J’ai refusé. » Manzoni meurt brutalement quelques mois plus tard, en 1963. « Le milieu créatif était très oppressant, personne ne voulait travailler avec des femmes. Nous étions constamment reléguées. »

Désormais libre d’agir, Nanda Vigo rédige son Manifeste du chronotope, drôle de texte dans lequel elle invente une cinquième dimension (l’a-dimension) fondée sur le rectangle et le carré. Sa rencontre avec Gio Ponti sera décisive. Comme elle, l’architecte et designer milanais intègre l’art dans ses projets. Il l’invite à participer à la Quadriennale de Rome en 1964, à l’occasion de laquelle elle construit un de ses Labyrinthes chronotopiques, dédales psychédéliques qui mettent en pratique ses théories et brouillent les sens. 

Sky Tracks, 2018. (crédit: Marco Poma)


Les deux architectes cosignent ensuite La Casa sotto la foglia (La maison sous la feuille), villa d’un genre nouveau avec des jeux de miroirs et un escalier central spectaculaire recouvert de fausse fourrure. Jusqu’au début des années 1970, Nanda Vigo signera seule plusieurs habitations singulières : la Casa Blu (la Maison bleue), la Casa Gialla (la Maison noire) et la Casa Nera, la Maison noire conçue pour que son propriétaire contemple les œuvres de ses collections à la flamme d’une bougie. Considérée comme une originale, sa carrière se déroulera dès lors dans les marges.

La Casa Nera de 1970. (crédit: Marco Caselli / Archives Nanda Vigo)

L’une de ses dernières réalisations date de 2016. Dans la cour d’honneur de l’Université de Milan, l’architecte et designer érigeait Exoteric Gate, une installation lumineuse qui culminait avec un cylindre de 10 m de haut. Tout le vocabulaire de Nanda Vigo se trouve rassemblé là : la lumière, le jeu des couleurs et les « stimulateurs spatiaux », ces pyramides-miroirs capables de refléter la réalité alentour en la déformant. « Pour une raison particulière, Nanda Vigo a toujours eu affaire aux affaires interplanétaires, aux lumières interplanétaires, aux espaces interplanétaires, aux déserts de couleur interplanétaire, aux vides absolus et au zéro, écrivait Ettore Sottsass en 1969. Ce doit être parce que l’ancien rêve de s’échapper de la mêlée en se blottissant dans un coin spécial la poursuivait. Ce serait un coin pour regarder le cosmos, mais qui ne serait certainement pas de science-fiction. »


Texte: Lionel Guyer


art
Guernica qui peut

Guernica qui peut

L’artiste Max Petrone sort de l’ordinaire. Ses peintures au café, ses portraits et son éclectisme font de lui un peintre du contemporain. Un peu street, aux coule...

art
Se souvenir des bonnes choses

Se souvenir des bonnes choses

Les Éditions Macula publient Servez citrons., livre de recettes gastronomiques où les plats sont photographiés après avoir été dévorés.

architecture
L'architecture vole la scène

L'architecture vole la scène

L’architecture se rapporte à l’espace, au temps et aux lieux. Vincent Baudriller, directeur du Théâtre Vidy, l’inclut dans l’art scénique et raconte sa vision du bâti.

design
Le masque ou la vie

Le masque ou la vie

Le projet BYOM (bring your own mask) d’Hyperaktiv est en train d’enflammer le Net. Les designers sollicités par Raphaël Lutz et son équipe ont proposé moult manières de concevoir le masque en cette période de post-confinement. Pour lier l’utile à l’agréable.

architecture
Nanda Vigo, la femme lumière

Nanda Vigo, la femme lumière

Le machisme des années 1960 l’a pendant longtemps marginalisée. Décédée le 16 mai, l’artiste et architecte milanaise cherchait l’évasion dans la couleur, les miroirs et l’espace cosmique.

design
Le théâtre intérieur de Gae Aulenti

Le théâtre intérieur de Gae Aulenti

Le Vitra Design Museum prolonge d’un an l’exposition consacrée à l’architecte et designer italienne. Plus connue pour sa production d'objets que pour ses réalisat...

art
Artiste bandit

Artiste bandit

Des rues de Gênes à celles de Milan, de la jet-set de Monaco à celle de Miami, MYFO78 pose son style. Amant de l’art de rue, du pop, il est autodidacte et connaît un succès qui va crescendo.

architecture
« La beauté peut nous aider à nous sentir plus heureux »

« La beauté peut nous aider à nous sentir plus heureux »

Il a 48 ans et travaille partout dans le monde. Entretien avec l’architecte, architecte d'intérieur et designer bolognais Matteo Nunziati qui parle de son métier face à une pandémie qui frappe durement son pays. (crédit: Dinah Wille)

art
Hauser & Wirth en réalité virtuelle

Hauser & Wirth en réalité virtuelle

Face à la pandémie, la galerie zurichoise accélère le lancement d’ArtLab, son programme d’exposition numérique.

design
¡ Hola Paco !

¡ Hola Paco !

On aime les fonts, les typos, les polices, les familles de caractères qui ont du… chien ! Xavier Cerdá crée Paco, une police bien typée.

design
Les B.A. d'Yves Béhar

Les B.A. d'Yves Béhar

Depuis sa base de San Francisco, le designer suisse imagine aujourd'hui les objets qui, demain, aideront la société à devenir meilleure.

design
Virgil Abloh se lance dans le street design

Virgil Abloh se lance dans le street design

Le designer à tout faire signe une collection de mobilier en béton graffé et troué, éditée par le galeriste parisien kreo.

art
Un disque par sa pochette

Un disque par sa pochette

Les mille vies de George Antheil, le «Bad Boy Of Music», photographié par Man Ray.

design
Un café à la page

Un café à la page

C’était l’ancienne Cravaterie, celle sous le Conservatoire, vous vous en souvenez? Découverte d'un nouveau café lausannois à la déco raffinée et spécialisée.

design
Julie Barrier,  métal précieuse

Julie Barrier, métal précieuse

Créatrice de bijoux, elle est originale, libre et transforme tout ce qu’elle touche en or… 14 carats.

design
Hella Jongerius défend ses fils

Hella Jongerius défend ses fils

Au centre Lafayette Anticipation, la designer néerlandaise redonne ses lettres de noblesse au tissage.

design
Design famililal

Design famililal

Un designer peut en cacher un autre. Comme Lorenzo Lazzeroni qui rend plus vrai que vrai les meubles dessinés par son père pour Poltrona Frau.

art
Hauser & Wirth sont sur une île…

Hauser & Wirth sont sur une île…

La galerie zurichoise ouvrira en 2020 un centre culturel à Minorque, sur l’Isla del Rey.

design
A Bâle, les Dimore comme dans un film

A Bâle, les Dimore comme dans un film

Pour se première participation à Design Miami / Basel, la Dimore Gallery de Dimore Studio rend hommage à l’architecte milanais Piero Portaluppi.

design
L'autre design latino

L'autre design latino

Le label lausannois Republica Austral présente à Bruxelles ses designers venus du Chili, d’Argentine et d’Uruguay.

design
Tom Dixon de retour à Milan

Tom Dixon de retour à Milan

Figure du design contemporain, rebelle, autodidacte et visionnaire, l'Anglais a ouvert son café Manzoni à l'occasion du Salon du meuble de Milan

design
Du style en attique

Du style en attique

Pendant le FuoriSalone de Milan, le designer Daniele Daminelli occupe le 25e étage de la Torre Velasca avec une exposition à l’ambiance cinématographique.

design
Formafantasma lights the light

Formafantasma lights the light

A Milan, le duo de designers italiens présente ses nouvelles collaboration avec Flos et dzek. 

design
Parfums précieux

Parfums précieux

Alberto Morillas, un nez hors du commun, que tout le monde connaît... sans le savoir. 

architecture
Aesch, école béton

Aesch, école béton

Entre 1959 et 1962, Walter Förderer construit dans la campagne bâloise cet étonnant collège à la marge entre l'architecture et la sculpture. 

design
Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…

Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…

Influencé par la « Gute Form », le design suisse des années 1940 à 1960 conquiert le marché de l’art et les amateurs de vintage. Pourtant, ses auteurs restent encore très méconnus. 

art
Curare  Curating  Curiosity

Curare Curating Curiosity

Rencontre avec, Hans Ulrich Obrist, curateur curieux et gardien du savoir et du souvenir.

architecture
Archiculte, archisacré

Archiculte, archisacré

Objet d'avant-garde, parfois expérimental, l'église moderne atteste de l'infinie variété de formes qu'incite l'inspiration divine. Comme quoi, l'architecture reli...

design
Retour à Memphis

Retour à Memphis

Fondé par Ettore Sottsass, le mouvement mettait du pop dans le design des années 80. 30 ans plus tard il inspire une nouvelle génération de créateur.

design
«Je suis en guerre contre le monde»

«Je suis en guerre contre le monde»

Ses colères sont homériques, son talent immense. Rencontre avec Enzo Mari, designer très indigné.

art
«Un arbre de Noël est une oeuvre d'art 11 mois par an»

«Un arbre de Noël est une oeuvre d'art 11 mois par an»

Inspiré par la science-fiction, la musique et le cinéma, fasciné par l'art et son rapport au temps, Philippe Parreno expose désormais seul après avoir longtemps cultivé l'esprit de bande.

design
Et soudain, la lumière...

Et soudain, la lumière...

Interview « Light » avec Naoto Fukasawa, maître de la forme, un sensei du design Super Normal.

architecture
S comme Superstudio

S comme Superstudio

D'Architectonique à Weissenhofsiedlung, de Modulor à Pritzker, petit dictionnaire constructif des mots du bâti.

architecture
Philip Johnson et le gratte-ciel-jouet

Philip Johnson et le gratte-ciel-jouet

L'AT & T Building, monument postmoderne dont l'auteur a milité pour l'épure avant de basculer dans le côté obscure.