Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…
design

Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…

Le Corbusier, tout le monde connaît. Et les pièces éditées de son vivant prennent une cote vertigineuse sur le marché de l’art. Pourtant, il n’est de loin pas le seul à avoir contribué à la définition du design Swiss made des années 1940 à 1960. Depuis quelques années, les amateurs de pièces vintage sont nombreux à s’intéresser aux œuvres plus discrètes de ces décennies. «Tout le monde veut du design suisse. L’engouement s’est d’abord fait sentir pour le mobilier de Max Bill et Willy Guhl, puis pour des pièces signées Hans Coray ou Jürg Bally. Désormais, nos catalogues de vente présentent aussi des pièces d’usage courant non signées qui trouvent généralement preneur», note Marc Gaudet-Blavignac, co-directeur des ventes aux enchères de Galartis SA, à Genève. Même analyse du côté des antiquaires. «L’intérêt pour le mobilier scandinave de cette époque est encore fort, mais il est vrai que la production suisse est de plus en plus recherchée par les collectionneurs», explique Corine Stübi, propriétaire de la galerie lausannoise Kiss the design qui présente certaines icônes nationales, à commencer par la lampe nuage de Susi et Ueli Berger. Des sections Swiss made se créent aussi sur des sites de vente en ligne. Comme tabouret.ch qui rassemble une centaine de pièces à tous les prix.

Si la demande grimpe en flèche, difficile pour l’heure de déterminer si ce marché va perdurer longtemps. Selon Marc Gaudet-Blavignac, l’offre reste relativement limitée, notamment parce que l’identification et l’estimation des pièces pâtissent du manque de catalogues complets des designers prisés. «Le patrimoine légué par ces décennies est encore à explorer. Les références bibliographiques sont rares ou incomplètes. Il manque un ouvrage de référence sur le sujet», observe Corinne Charles, Docteur en histoire de l’art qui vient de donner un cours public sur l’histoire du design au sein de l’Atelier Hermès, à Genève. Ces lacunes s’expliquent, selon elle, par un phénomène qui semble particulier à la Suisse. On y trouve une série d’objets qui sont devenus des icônes du design, national et parfois aussi international, mais dont les concepteurs sont anonymes, telle que les punaises Omega ou le fouet Bamix, mélangeur le plus célèbre au monde.

Un intérieur Max Bill, 1949 (crédit: DR)

Reste que méconnus ou pas, les designers suisses des décennies 1940 à 1960 ont défini les valeurs et la qualité du Swiss Made dont l’aura s’étendait déjà bien au-delà des frontières. Et ils continuent d’inspirer leurs compatriotes contemporains, notamment Frédéric Dedelley, Alfredo Häberli ou Moritz Schmid. Pour comprendre les courants qui ont façonné la production nationale et découvrir les who’s who qui ont marqué l’histoire, un retour en arrière s’impose.

 A la lumière du mouvement du Bauhaus des années 1920 et 1930, l’engouement pour l’industrialisation de la vie quotidienne a fait émerger en Suisse un design d’avant-garde, caractérisé par l’usage de l’acier et de l’aluminium. L’exposition nationale de 1939 consacrait une section au développement d’une Suisse futuriste. C’est là qu’étaient exposées la table dessinée par l'architecte Max Ernst Haefeli avec ses pieds en assiette ainsi que la chaise Landi d’Hans Coray spécialement conçue pour l’occasion. Légère, confortable, résistante, empilable et belle, avec sa coque perforée de 91 trous, elle symbolisait les nouvelles tendances de l’époque, privilégiant la fonctionnalité sans fioriture et les qualités esthétiques de l’aluminium. Présente dans la plupart des collections de design au monde, notamment le Musée d’art moderne de New York, et immortalisée sur les timbres suisses, la Landi est l’une des chaises extérieures les plus vendues du XXe siècle. «Le futurisme inspirait les concepteurs.

Mais, en parallèle, ils tenaient aussi à faire valoir des valeurs plus traditionnelles liées aux ressources du pays, susceptibles de promouvoir les qualités du design suisse à l’étranger. Le bois produit localement était, par exemple, sublimé par des meubles solides et épurés», explique Christian Brändle, directeur du Museum für Gestaltung de Zurich. Ces deux visions se lisent notamment dans l’œuvre de Jacob Müller. Sa très belle chaise en bois Wohnhilfe, assemblée tel un puzzle pour la première fois en 1945 ou le tabouret Plio, lancé trois ans plus tard, traduisaient la qualité d’une technique artisanale rigoureuse et complexe, tout en étant légers, démontables et donc facilement exportables dans une Europe d’après-guerre en reconstruction.

La table Ess-Tee-Tisch de Jürg Bally, 1950 (crédit: DR)

Le mouvement de la «Gute Form», initié par Max Bill à la fin des années 1940 en découle aussi. À la fois architecte formé au Bauhaus, peintre abstrait et cofondateur du mouvement de l’Art concret, mais aussi graphiste, typographe, scénographe d’exposition et designer, il prônait un design formel, basé sur la quête de la bonne forme, esthétique et ultra fonctionnelle. Son exposition itinérante «die Gute Form», présentée à Bâle en 1949, puis dans plusieurs villes européennes, contribuait ainsi à faire connaître ce qui était considéré à l’époque comme le gène suisse du design. Avec ses tables, chaises, ustensiles, pendules, lampes, brosses, Max Bill alliait fonctionnalisme et beauté, simplicité d’utilisation et technicité du design. A l’image de la célèbre table Quadratrundtisch, au plateau circulaire recouvert de linoléum noir, sur lequel s’affiche les lignes d’un carré formant des rabats qui peuvent s’abaisser pour transformer la table en fonction de l’utilisation.

Cette quête de la forme juste qui flatte le mieux le corps humain motivait d’autres designers de cette décennie, tels que le Jürg Bally, dont l’une des pièces phares est une table en bois à hauteur réglable pour le repas ou le thé, la Ess-Tee-Tisch, caractérisée par trois pieds croisé sous le plateau. Mais aussi Wilhelm Kienzle, célèbre pour son étagère démontable, ainsi que Kurt Thut ou encore Robert Haussmann, élève de Gerrit Rietveld et de Willy Guhl. Menuisier de formation, ce dernier a été l’un des premiers Européens à concevoir des meubles en kit et à explorer de nouveaux matériaux de construction, du scobalit à la fibre de verre, en passant par l’Eternit. La chaise de plage qu’il lance en 1954 a fait sensation dans le monde entier. Formé par un ruban de fibrociment replié pour former une boucle, ce siège minimaliste est une parfaite équation entre le bon usage d’un matériau et l’ergonomie d’une forme inclinée, digne d’une oeuvre d’art.

La Soft Chair de Susi et Ueli Berger en 1967 (crédit: MoMA New York)

Dans les années qui ont suivi, les designers se sont peu à peu éloignés de l’équilibre entre l’esthétique et la fonction pour privilégier l’aspect pratique des objets. «Cette décennie des années 1950 est peut-être la plus sobre de l’histoire du design suisse. La tendance était au mobilier plus simple, souvent en acier ou dans des essences moins précieuses. La dimension fonctionnelle prédominait, quitte à rendre les objets plus rigides, jusqu’à ce que les changements de société des années 1960 replacent l’esthétique au goût du jour», observe Marc Gaudet-Blavignac. Dans ce contexte, le design se fait plus ludique, en phase avec l’évolution des mœurs et mai 68, quitte à adopter des typologies d’objet d’art, une présence sculpturale. 

«Toutes les formes constructives sont explorées par les designers. Les meubles deviennent des moyens de prendre position. La hauteur des sièges, par exemple, tend à s’abaisser pour être plus proche du sol et s’éloigner ainsi des préceptes de mode de vie bourgeois», relève Christian Brändle. Le duo formé par Susi et Ueli Berger reflète particulièrement bien cette nouvelle expression créative du design. Lauréat du Grand Prix Design 2010 pour l'ensemble de son œuvre, le couple a imaginé à l’époque des pièces qui ont fasciné les milieux de l’art et qui continuent d’être éditées. Parmi les plus belles : la Wolkenlampe qui rappelle un nuage, la commode Schubladenstapel, formée d’une pile de tiroirs en palissandre ou le siège organique Soft chair. 
Si les décennies des années 1940 à 1960 ont été traversées par différents courants d’influence, une linéarité se dessine néanmoins dans la production. «Le mobilier suisse s’est toujours distingué par sa dimension pratique, son esthétique simple, mais efficace et sa structure ingénieuse, conclut Marc Gaudet-Blavignac. Ces valeurs sont parfaitement dans l’air du temps, ce qui explique probablement l’intérêt actuel croissant pour ce patrimoine». 

Texte: Emilie Veillon

design
Julie Barrier,  métal précieuse

Julie Barrier, métal précieuse

Créatrice de bijoux, elle est originale, libre et transforme tout ce qu’elle touche en or… 14 carats.

design
Hella Jongerius défend ses fils

Hella Jongerius défend ses fils

Au centre Lafayette Anticipation, la designer néerlandaise redonne ses lettres de noblesse au tissage.

design
Design famililal

Design famililal

Un designer peut en cacher un autre. Comme Lorenzo Lazzeroni qui rend plus vrai que vrai les meubles dessinés par son père pour Poltrona Frau.

art
Hauser & Wirth sont sur une île…

Hauser & Wirth sont sur une île…

La galerie zurichoise ouvrira en 2020 un centre culturel à Minorque, sur l’Isla del Rey.

design
A Bâle, les Dimore comme dans un film

A Bâle, les Dimore comme dans un film

Pour se première participation à Design Miami / Basel, la Dimore Gallery de Dimore Studio rend hommage à l’architecte milanais Piero Portaluppi.

design
L'autre design latino

L'autre design latino

Le label lausannois Republica Austral présente à Bruxelles ses designers venus du Chili, d’Argentine et d’Uruguay.

design
Tom Dixon de retour à Milan

Tom Dixon de retour à Milan

Figure du design contemporain, rebelle, autodidacte et visionnaire, l'Anglais a ouvert son café Manzoni à l'occasion du Salon du meuble de Milan

design
Du style en attique

Du style en attique

Pendant le FuoriSalone de Milan, le designer Daniele Daminelli occupe le 25e étage de la Torre Velasca avec une exposition à l’ambiance cinématographique.

design
Formafantasma lights the light

Formafantasma lights the light

A Milan, le duo de designers italiens présente ses nouvelles collaboration avec Flos et dzek. 

design
Parfums précieux

Parfums précieux

Alberto Morillas, un nez hors du commun, que tout le monde connaît... sans le savoir. 

architecture
Aesch, école béton

Aesch, école béton

Entre 1959 et 1962, Walter Förderer construit dans la campagne bâloise cet étonnant collège à la marge entre l'architecture et la sculpture. 

design
Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…

Max Bill, Willy Guhl, Swiss sixties…

Influencé par la « Gute Form », le design suisse des années 1940 à 1960 conquiert le marché de l’art et les amateurs de vintage. Pourtant, ses auteurs restent encore très méconnus. 

art
Curare  Curating  Curiosity

Curare Curating Curiosity

Rencontre avec, Hans Ulrich Obrist, curateur curieux et gardien du savoir et du souvenir.

architecture
Archiculte, archisacré

Archiculte, archisacré

Objet d'avant-garde, parfois expérimental, l'église moderne atteste de l'infinie variété de formes qu'incite l'inspiration divine. Comme quoi, l'architecture reli...

design
Retour à Memphis

Retour à Memphis

Fondé par Ettore Sottsass, le mouvement mettait du pop dans le design des années 80. 30 ans plus tard il inspire une nouvelle génération de créateur.

design
«Je suis en guerre contre le monde»

«Je suis en guerre contre le monde»

Ses colères sont homériques, son talent immense. Rencontre avec Enzo Mari, designer très indigné.

art
«Un arbre de Noël est une oeuvre d'art 11 mois par an»

«Un arbre de Noël est une oeuvre d'art 11 mois par an»

Inspiré par la science-fiction, la musique et le cinéma, fasciné par l'art et son rapport au temps, Philippe Parreno expose désormais seul après avoir longtemps cultivé l'esprit de bande.

design
Et soudain, la lumière...

Et soudain, la lumière...

Interview « Light » avec Naoto Fukasawa, maître de la forme, un sensei du design Super Normal.

architecture
S comme Superstudio

S comme Superstudio

D'Architectonique à Weissenhofsiedlung, de Modulor à Pritzker, petit dictionnaire constructif des mots du bâti.

architecture
Philip Johnson et le gratte-ciel-jouet

Philip Johnson et le gratte-ciel-jouet

L'AT & T Building, monument postmoderne dont l'auteur a milité pour l'épure avant de basculer dans le côté obscure.