DADI Cool

Le coup de la cuillère

"Un soir d'avril au Bar Basso de Milan Erwan Bouroullec nous confia que son père Gabriel, jeune retraité, se dévouait depuis quelques années à la production de cuillères en bois. En effet, possédant un petit atelier d'ébénisterie dans sa maison bretonne, il y sculpte chaque planche, bout de bois, ou branche qu'il trouve, pour donner naissance à une cuillère à chaque fois unique. Impatients de découvrir cette production en vrai, nous rencontrions, peu après, Gabriel dans l'atelier de ses fils à Paris.





Lors de cette entrevue, il nous dévoila une série de cuillères, chacune de forme et d'essence différentes. Il nous montra comment il les sculptait et comment leur dessin était liée aux veines des morceaux de bois qu'il avait entre ses mains.Une collaboration s'imposait entre Gabriel et A C E car ses cuillères semblaient à la fois différentes de notre gamme dans leurs lignes mais finalement très similaires dans cette approche radicale.
Il fut convenu que Gabriel Bouroullec produirait une série uniquement en frêne pour A C E."

Camille Blin / A C E

Le design qui flanche

Il porte un vrai nom de finlandais. Un truc impossible que seul un habitant du pays des mille lacs peut retenir: Tuomas Markunpoika Tolvanen. Vu qu'on se trouve quand même très loin de la Scandinavie, simplifions-nous la vie. Appellons-le Tuomas. Tuomas donc expose depuis jeudi au Mudac de Lausanne avec ses camarade de la Design Academy d'Eindhoven et ceux du Royal College of Art de Londres.
En 2012. l'une des sensations design de l'année présentait les objets de sa série Engineering Temporality. Une chaise, une suspension et une armoire, sans vraie qualité formelle mais qui, transparents comme de la tulle, semblaient tenir debout par la seule force de la volonté. Au point que c'est a peine si on osait regarder ces objets à l'apparence calcinée, de crainte d'en déranger le subtil équilibre atomique.



Depuis Maarten Baas, le mobilier cramé aux troisième degré, le design connait. Sauf qu'ici, l'objet de départ disparaît. En clair, Tuomas recouvre ses meubles de millier d'anneaux métalliques, y flanque le feu et attend que la combustion fasse son oeuvre. De la chaise bistrot ne reste alors qu'une empreinte, un squelette de fer que la carbonisation a rendu solide. C'est à la fois splendide et inquiétant, complètement virtuose et à la limite artistique. Pour le designer, ce mobilier réduit à l'état d'ectoplasme parle de sa grand-mère frappée d'Alzheimer. Une manière d'exprimer la perte de la mémoire à travers des objets-souvenir qui s’évanouissent dans le néant. Du design qui flanche. EG

Mastering Design, exposition jusqu'au 9 février 2014, Mudac, Lausanne, www.mudac.ch et markunpoika.com

Bentomanie
Claudio Colucci à l'heure japonaise

L'exposition remballe le 15 octobre. Il vous reste donc une petite semaine pour visiter Coloristic!, accrochage semi-rétrospectif du travail de Claudio Colucci. Le designer genevois, désormais installé à Shanghai, a fait carrière en France et au Japon. Moins connu dans sa ville natale qu'au pays du chrysanthème, c'est donc l'occasion de découvrir ses objets colorés, ronds et très nippons qui ont tous en commun de raconter des histoire de design, de jeu sur le vide et le plein, sur la lumière et la transparence. Dans le lot, j'en reconnais quelques uns - les vases Atomic en forme de champignon nucléaire, les tables basses Sumo et leurs silhouettes de lutteurs XXL - mais pas ces beaux plateaux suspendus au mur.


Bento-Clock, 2013

Des carrés dans des carrés avec des sortes d'aiguilles qui tournent dedans. Je me dit que j'ai du voir ça quelque part, qu'au niveau du vécu ils me rappellent autant le design italien en matière plastique que les Meta-reliefs cinétiques de Jean Tinguely. A ceci près que la perception du mouvement confine ici à l'exercice zen: le déplacement de l'oeuvre s'effectuant à la vitesse du temps. Car les Bento Clock - du nom des paniers repas que les japonais se trimballent partout - sont des horloges que leur auteur décrit ainsi: "de la même manière que les Japonais divisent leurs aliments, j'ai reparti les heures dans des compartiments". Laquée dans les règles de l'art et produit en édition limitée, chaque pendule s'affiche aux prix du fait main, soit aux alentours de 6000 francs. Une série moins exclusive, et donc plus abordable, serait en préparation. EG

Coloristic! Genev'ArtSpace, Ports Francs et Entrepôts de Genève, route des Jeunes 4bis, www.genevartspace.ch et www.colucci-design.com

C'est beau, sans fard, c'est Moyard
Mathieu Winkler se lance dans l'édition de mobilier.

Il porte sur lui une élégance sartorialist de fashion week. Un truc dandy qui se voit de loin parmi les stands des Design Days qui ont remballé dimanche soir. Mathieu Winkler est designer et architecte d'intérieur, et donc toujours tiré à quatre épingles. Il représente surtout la 7e génération aux commandes de Moyard, boîte de meubles et décoration fondée en 1821 (en même temps que Flaubert et Baudelaire) dont les arcades s'étirent sur une bonne partie de la rue principale de Morges. Et aussi à l'extérieur de la ville, dans un bâtiment ancien qui abrite les ateliers du magasin.


Photos: Daniela Droz & Tonatiuh Ambrosetti

Vaste espace de production dédalesque que Mathieu dédie parfois à l'exposition d'objets design (Inch Furniture, Moritz Schmid) mais aussi d'art - c'est là que j'ai vu pour la première fois la collaboration entre Delphine Coindet et le tapissier Vladimir Boson - ou la photographie - notamment celle de Daniella Droz & Tonatiuh Ambrosetti- prend une bonne place sur les murs. Manière de dire que Mathieu Winkler, entrepreneur de mobilier, consacre une bonne partie de son intelligence et de ses finances à promouvoir les nouveaux talents. Et ça c'est grand.
Ne lui manquait que de lancer sa propre ligne. C'est désormais fait. Edition by Moyard c'est une collection de huit meubles (table, porte manteau, console) dessinés par Olivier Rambert et Singal Moesh et fabriqués en bois de la région par les ébénistes de la maison. Une collection 100% terroir où la simplicité de ces objets sans clou ni vis convoque le meilleur du savoir-faire artisanal. Du vrai luxe suisse motivé par l'envie et le beau où les retours sur investissement n'entrent dans aucun business plan. EG

Edition by Moyard, vendu exclusivement chez Moyard,
www.editionbymoyard.ch

DADI Daily
Back to Top