DECODAGEfr

La raison de la Santiag

Pointue avec un talon taillé en biais, la botte mythique du Far West est un produit design. Pourquoi les cowboys ne mettent-ils pas n’importe quoi au pied. /// Cet article a été publié dans DADI no3, septembre 2012

Elle appartient au mythe fondateur de l’Amérique. Au même titre que le Grand Canyon, l’aigle chauve, George Washington et le Coca-Cola. La Santiag, c’est LA botte du cowboy. Une pompe en cuir (de vache, de croco, de serpent) au bout pointu et au talon taillé en biais. Outils de travail des vachers du Far West devenu objet de mode, la Santiag ne s’appelle ainsi que dans les pays francophones. La faute à Santiago, fabricant de boots, à qui les Français ont emprunté le nom en le raccourcissant. Partout ailleurs, on parle de bottes américaines ou canadiennes. Un détail qui a son importance. Mais ce qui nous intéresse, c’est plutôt de connaître la raison de cette forme biseautée pas franchement pratique pour cavaler. Et pourquoi dans les films, les cowboys ne quittent-ils jamais leurs Santiags, même pour dormir? Réponse d’un expert, Comboy Kurt, meilleur spécialiste de la culture western à l’Ouest du Pécos et propriétaire, à Genève, de la boutique du même nom.



«A l’origine le talon de la botte américaine ou canadienne est plat. A force de s’user, lorsque le cowboy de rodéo saute de cheval pour attraper une bête par les cornes et plante ses pieds dans le sol pour ne pas se laisse entraîner, il prend cet aspect biseauté. Le talon en biais est une pure fantaisie de la mode. Jamais un cowboy ne portera de bottes avec des talons pareils. Il n’aurait aucun équilibre et n’arriverait pas à marcher.
Le bout pointu permettait d’entrer plus facilement et plus rapidement dans les étriers. On dit aussi qu’il était parfait pour écraser les cafards dans les angles des murs. Il existe plusieurs types de botte. Il y a celle du « roper », le cowboy au lasso qui porte une botte à bout carré, devenu très à la mode depuis trois-quatre ans. Les buckaroos qui vivent sur leur monture et ne font pas dix mètres à pied chaussent des bottes à talons assez hauts qui offrent une meilleure prise dans les étriers. Le dress cowboy préfèrera un modèle fashion pour sortir en ville tandis que le working cowboy n’enfile que des bottes classiques, noires, pointues et sans fioritures.
Les bottes très colorées sont réservées aux cowboys de rodéo qui font le show. La couleur, c’est aussi une influence qui vient du Mexique où les bottiers qui excellent dans l’art de travailler cuir perpétuent une tradition de produit décoré à l’extrême.
Quant à savoir pourquoi les cowboys n’enlèvent pas leurs bottes, même pour dormir… Historiquement, pour ne pas se les faire voler. Les bottes représentaient l’outil de travail du cowboy, sans elles impossible de monter à cheval. Ensuite, c’est encore leur seul moyen pour éviter de se retrouver avec un scorpion coincé dedans.»
Cowboy Kurt, 15 rue de Neuchâtel à Genève, 022 732 37 94, www.cowboykurtcom

SUJET: EMMANUEL GRANDJEAN

DADI Daily
Back to Top