designfr

Nicolas Le Moigne entretient la flamme

Des bougeoirs, Nicolas Le Moigne en a déjà réalisé. On se souvient de sa collection de porte-chandelles magnétiques pour Atelier Pfister. C'était en 2011. En décembre 2013, le designer rallumait la mèche pour le galeriste bruxellois Francis Janssens van der Maelen, spécialisé dans l'argenterie. "Pour sa première participation à Design/ Miami, il cherchait à produire des objets plus contemporains que ce qu'il a l'habitude d'exposer", explique Nicolas Le Moigne. "Il a demandé à plusieurs de designer - comme Tete Knecht - de lui présenter des projets. Le brief était relativement ouvert. Il s'agissait de réaliser un candélabre. J'ai fait quelques propositions. Il a retenu cette idée assez simple, de bougeoir articulé qui une fois déplié mesure 60 cm de long." Un brief relativement ouvert, mais avec une matière imposée, l'argent forcément. Ou plutôt du laiton généreusement argenté. Trop mou, le métal natif ne supporterait pas le poids de l'ensemble, surtout dans sa version déployée.
"Je l'avais déjà travaillé lors d'une collaboration avec Christofle sur un étui à cigares à l'ECAL. L'argent est une matière classique qu'il faut savoir mettre en valeur. Il y a des formes qui marchent mieux que d'autres. Les géométries trop angulaires ne fonctionnent pas. Les arrondis, par contre, permettent de jouer avec les reflets. Pour le socle, j'ai choisi une pierre qui s'appelle Cresciano, un granit du Tessin dont les inclusions argentées scintillent comme des paillettes, mais sans être trop kitsch."
Le minéral a ensuite été satiné. Le résultat obtenu est plus subtil, plus chaleureux et moins attendu que l'effet miroir du granit poli. "Et puis la texture reste sensible même si la surface est très lisse. Ceci dit le client peut choisir la pierre qu'il veut. Du marbre noir absolu au granit moucheté, la variété des possibilités est infinie." Le candélabre est belge, mais fabriqué 100% en Suisse. Le designer qui a supervisé chaque étape de la production insiste. "Pour la structure, j'ai collaboré avec une fabrique suisse allemande spécialisée dans la production technique d'objet en métal. De la même manière, l'argenture est alémanique et la taille de la pierre s'est fait à Yverdon."

DADI Daily
Back to Top