ARTfr

artgenève, l'art au salon

Grosse fin de semaine en perspective pour les galeristes genevois et leurs collectionneurs. Le 3e salon artgenève ouvre officiellement ses portes jeudi avec au programme les plus importants marchands du coin et des jolies pointures venues de l'extérieure. Les institutions, principalement suisses, qui militent pour l'art contemporain (CEC, Mamco, Circuit, Forde) et des éditeurs d'art (Macula, Patrick Frey, Take 5) complètent le casting. En tout une septantaine d'exposants se retrouve sous la halle 1 de Palexpo aux portes de la saison hivernale, pile sur l'autoroute qui mène aux stations.

Les locaux de l'étape sont tous là, c'est-à-dire le Quartier des Bains au grand complet auquel il fut ajouter quelques galeries géographiquement excentrées du pole de l'art contemporain genevois et celles venant du reste de la Suisse (Lange + Pult, Gisèle Linder, Dietesheim, Lullin + Ferrari, Bob Gysin, Scheublein + Bak). A noter que plusieurs exposants étrangers de l'année dernière reviennent en deuxième saison. Une bonne nouvelle pour asseoir la réputation hors de ses frontières de ce salon qui tient à rester taille small. C'est le cas, entre autres, de la Berlinoise Esther Shipper qui expose Nathan Carter, Ceal Floyer et Tomás Saraceno.
Ceux qui ont passé leur tour, sont remplacés par des nouveaux qui inscrivent artgenève entre ArtBasel et la Frieze New York sur leur parcours globe-trotter. Le tournus voit ainsi arriver le Milanais de Londres Massimo de Carlo qui fait le voyage avec Rudolf Stingel, Sol Lewitt, Alighiero Boetti et Dadamaino dans ses valises, et les Parisiens Almine Rech avec Not Vital, Sylvie Fleury, Ugo Rondinone et Air de Paris avec Stéphane Dafflon, Philippe Parreno, la collab Guyton/Walker dans les leurs.


Autre nouveauté: les solo shows, expos monographiques qui consacrent le travail d'un artiste. Chez Xippas c'est Denis Savary qui fait le mur, chez Blancpain Art Contemporain c'est Michel Huelin, chez Bernard Ceysson, David Wolle et Franz Erhard Walther chez Skopia.
Par contre le design, assez peu présent dans les éditions précédentes, mais à qui artgenève entendait laisser de la place, a presque totalement disparu des allées. Spécialiste dans le mobilier moderne, Patrick Gutknecht tient le rôle du dernier des Mohican, même si le galeriste de la Vieille-Ville n'accroche pas que des artistes du meuble sur son stand.

AUTEUR: EMMANUEL GRANDJEAN
PHOTOS: ANNIK WETTER

DADI Daily
Back to Top