NOËL 2013

Le cadeau du 24 décembre: La petite bibliothèque de DADI

A la bourre, pas d'idée? DADI te propose sa sélection d'objets stylés et approuvés à coincer sous le sapin.

Dernière ligne droite avant le foie gras, le chapon, les marrons, beaucoup trop de champagne et l'imparable distribution de cadeaux sous l'air du Minuit Chrétien. Sauf que là, il faut parer au plus pressé, le 25 c'est dans 12 heures. Il vous faut du rapide et du concret, de l'intéressant et de l'abordable, un présent cool et qui emballe. Bref, il vous faut un livre à glisser sous le sapin. En voici six, tous biens, tous lus et approuvés, tous trouvables sans énormes difficultés et tous destinés à un public varié.

"Design: introduction à l'histoire d'une discipline" par Alexandra Midal
Il existe peu d'ouvrage impec sur l'histoire du design. Celui-ci en est un. Un livre tout petit, mais qui voit grand et explique d'où vient le design et comment il a évolué en fonction des mouvements sociaux et politiques au cours du temps. Son auteure, Alexandra Midal en charge du Master Design à la Haute école d'art et de design de Genève, vient également de sortir "Design, l'anthologie", 543 pages de textes de référence sur les théories de la forme allant de 1841 à 2007 dont certains sont pour la première fois traduits en français. La base.
"Design: introduction à l'histoire d'une discipline", ed. Presse Pocket, coll Agora, 208 pages
"Design, l'anthologie", ed. Head-Genève, 543 pages.

"Le diable dans la ville blanche" par Erik Larson
Un polar, si, si. Mais un polar savant qui suit le parcours d'Herman Webster Mudget Holmes, premier serial-killer identifié de l'histoire, pendant la construction de l'Exposition universelle de Chicago en 1893. Extrêmement bien documenté, l'ouvrage offre un double point de vue original entre la création de l'architecte Daniel Burham et du paysagiste Frederick Law Olmsted dans une ville en plein boom industriel et les meurtres à la chaîne du Docteur Torture.
"Le diable dans la ville blanche", ed. Le Livre de poche, 600 pages.


"La typographie moderne, un essai d'histoire critique" par Robin Kinross
Comme pour le design, les bons livres sur l'histoire de la typographie se comptent sur les doigts d'une main. Il y a ceux qui racontent la genèse des caractères - "Sale caractère" le best-seller de Simon Garfield, bouquin instruit et assez amusant - et celui du typographe et éditeur Robin Kinross qui brosse l'évolution parallèle de l'invention des lettres et de l'imprimerie. Un ouvrage touffu et essentiel qui se lit comme un roman.
"La typographie moderne, un essai d'histoire critique", ed. B42, 280 pages.
"Sales caractères", ed. Seuil, 345 pages


"L'hiver" par Emilie Veillon
Une envie last minute de se payer un spa entre Noël et Nouvel An? Ou de poser les enfants et de s'offrir, comme ça hop, une chambre rustique-chic avec vu sur les Dents du Midi? "l'Hiver" recense une soixantaine de belles adresses douillettes, connues et méconnues, éparpillées un peu partout en Suisse romande. Un guide ultime pour tout lâcher et trouver que la morte-saison c'est quand même de la balle.
"L'hiver", ed. Quintessences, 169 pages

////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 23 décembre: un tapis “Fanion“ du collectif BKS



Trois couleurs qui contrastent, trois formes géométriques qui aiment les arrondis, trois tapis graphiques en laine feutrée qui donnent l'illusion de la 3D et filent de l'anamorphose dans la perspective. "Fanions", c'est la première collection du collectif BKS - pour Dimitri Bähler, Linn Kandel et Ismaël Studer - trois designers indépendants actifs entre Neuchâtel, Stockholm et Paris. Histoire de bien respecter la règle de trois, chaque carpette est éditée à 30 exemplaires, disponible chez Kissthedesign à Lausanne.

////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 22 décembre: une besace Mismo



Le cadeau du 22 décembre c'est un best-of, un sac pour homme abonné régulier à la rupture de stock, designé par Mismo la marque scandinave des produits qui se portent.
Des besaces, des sacs à dos (ou pas), des pochettes, des mallettes à laptop au look tout simple inspiré par la tradition du design danois et aux finitions incroyables. Mismo, c'est l'idée d'Adam Bach et de Rikke Overgaard désespéré devant la plouquitude des accessoires de voyage destinés aux garçons. Depuis dix ans, ce couple qui ne vient pas de la mode crée à Copenhague des collections de bagages chic et contemporain avec des cuirs turcs et des toiles venues d'Italie. Le sommet de l'élégance nomade est vente chez Correspondances, la nouvelle boutique genevoise qui fait du bien aux mâles.

////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 21 décembre: une règle Big-Game



On vous devine secrètement dendrochronologue, passant vos dimanche d'hiver heureux, à compter les cernes des arbres. Vous allez naturellement adorer cette règle dont la graduation classique a été remplacée par des anneaux de croissance sylvestres. Lesquels anneaux sont disposés chaque centimètre histoire de conserver à l'objet au motif organique sa nature métrique.
La règle qui ne suit pas les règles a été dessinée par Big-Game pour Karimoku New Standard, éditeur japonais de mobilier en bois avec qui les Lausannois entretiennent une déjà longue collaboration. Disponible chez Kizuku à Vevey à un prix très mesuré.

////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 20 décembre: un couteau Cut Brooklyn



Il a un physique d'ours kodiak qui aurait boulotter un truc hyper sympa. Un air imposant de gentil géant avec qui vous pourriez taper le carton au bar du coin. Ce qui vaut mieux vu que Joël Bukiewicz est fabricant de couteau. Peut-être même le meilleur au monde dans sa catégorie. En tout cas le plus courru dans New York City.
A l'enseigne de Cut Brooklyn, il sort du métal des beautés effilées avec l'amour de la belle matière et du travail soigné. Fabriquée dans son petit atelier de Brooklyn, sa production s'adapte à la vitesse du fait main. Autant dire que les couteaux les plus hypes à l'Ouest du Pécos s'écoulent en tout petite série. Joël a un site internet, mais pas de shop en ligne. Pas grave, un mail à l'artiste-coutelier devrait faire l'affaire.


////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 19 décembre: des services à salade de Koray Ozgen



C'est bio et complètement primitif. C'est rigolo, sculptural, rustique préhistorique voire limite chamanique. On veut parler de ces Toolives du designer Koray Ozgen pour l'éditeur turc Odun. Des ur-couverts en bois d'olivier d'Anatolie pour fatiguer une salade forcément primordiale. Le chaînon manquant de la cuisine se trouve chez Détail à Genève.


////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 18 décembre: une gravure de Pablo Bronstein



Comme les architectes utopistes du XVIIIe siècle, Pablo Bronstein imagine des bâtiments qui ne seront jamais construits. A travers le dessin de ces machines imaginaires qui lui servent aussi de décor pour ses performances, il interroge l'histoire des formes - de l'Antiquité au Post-modernisme - et leur charge évocative. Une manière de revenir au passé pour mieux réinventer le présent.
A l'occasion de son exposition au Centre d'art contemporain de Genève, l'artiste argentin qui vit à Londres a édité cette gravure réhaussée à la main représentant deux sucriers. Deux pièces d'argenterie furieusement baroques qui renvoient aux planches des inventaires royaux et à une époque qui traitait le moindre objet d'usage comme une propagande monumentale au service du pouvoir.


////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 17 décembre: une lampe “Strand“ de Clancy Moore design



Il y a Andrew Clancy. Et Colm Moore. Tous les deux sont irlandais, tous les deux sont architectes, tous les deux ont monté le bureau Clancy Moore il y a sept ans à Dublin. Comme souvent chez les pros du bâti, Andrew et Colm sont aussi designers. Et comme souvent lorsque les architectes se lancent dans la production d'objets, ils allient le soin du détail technique avec une recherche formelle de pureté.
Première lampe au catalogue de Clancy Moore design, "Strand" a été spécialement dessinée pour la House Slievebawnogue, une maison individuelle plantée au milieu des sapins du comté de Wiklow. Un luminaire qui assume son côté rétro avec son tube en laiton courbé et son abat-jour en plaque de cuivre travaillée à la main dans une forge de Portadown. Quant à la silhouette inclinée, Andrew Clancy et Colm Moore expliquent s'être inspirés d'un personnage peint par Willam Orpen, l'artiste du réalisme irlandais, dans son tableau "The Holy Well". "Strand", la lampe contemplative dont chaque exemplaire est numéroté, s'achète chez Chic Cham à Lausanne.


////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 16 décembre: un vase de chez Ro



Ro, c'est le nom d'une langue inventée en 1904 par le révérend Edward Powell Foster basée sur l'apparence des choses. Une chouette idée - élastique se dit "bebop", silex "badas" - mais que personne ne parle (du moins dans mon entourage). Dommage, ça aurait pu être drôle.
Ro, c'est aussi les premières lettres des prénoms de Rebecca Uth et Ole Kiel, designer danois qui fabriquent des objets en verre et en bois. Des supers produits que tous le monde aimerait beaucoup avoir. Comme cette série de vases soufflés et colorés selon une technique pratiquée par les artisans de l'île de Bornholm en pleine mer Baltique. Le voile monochrome dessine comme une aurore boréale sur ces objets venus du pays où la nuit décampe tous les six mois (ou le jour, selon le point de vue et la saison). Sans jamais répété deux fois le même motif. Complètement "lafof", quoi.


/////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 15 décembre: un casque audio BeoPlay H6



Le marché du casque audio c'est un peu la jungle. Une terre inconue à travers laquelle on avance au coupe-coupe pour trouver LE modèle qui va allier esthétique et technologie phonique. Vous arrivez en rayon, un peu paumé devant 350 paires qui vous disent toutes la même chose "Prends-moi, prends-moi". Pour parez au plus pressé vous allez viser un casque Beats que la moitié de l'humanité porte sur les oreilles. Ou alors un Bose qui est objectivement le meilleur de sa catégorie.
A la place, on vous propose ceBeoPlay H6 de Bang & Olufsen qui vient de sortir. Un look nude, noir ou vert agave au poil, un poids de 230 grammes, une finition tout cuir, des grosses mousses pour un confort maxi et l'assurance de vous balancer dans les esgourdes le top du matos audiophile: on a envie de dire, BO c'est beau.


/////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 14 décembre: un ghettoblaster iHome pour iPhone



C'était les années 80. On écoutait les premières cassettes d'Afrika Bambaataa sur un ghetto blaster de la taille d'une Smart qu'on se trimballait sur l'épaule comme un sac à charbon. On portait des casquettes, on dodelinait mollement de la tête, on trouvait ça cool, les filles aussi, le voisinage un peu moins. Et puis le CD, le MP3 ont flingué la boîte à gros son. On a enterré la Music Machine dans le grand cimetière des technologies obsolètes avec le Walkman, le Commodore 64 et le projecteur à diapos.
C'est donc submergé par l'émotion qu'on est tombé, il y a deux ans, sur ce modèle adapté à l'iPhone. Un ghetto pour de faux, mais tellement swag. Le chaînon manquant pour raccorder le temps perdu et retrouver notre Street Credibility d'antan. Même si on passé l'âge.

//////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 13 décembre: un miroir “Circulaire “ de Jacques Adnet



Vendredi 13. Un chat noir qui passe sous une échelle. Un miroir qui se brise. Et vlan, sept ans de malheur. Un miroir justement. La galerie lausannoise Kissthdesign en a mis un à son calendrier de l'Avent, un sublime modèle "Circulaire" dessiné aux alentours de 1950 par Jacques Adnet.
Le décorateur qui aimait les paquebots, l'Art déco et les meubles gainés de cuir avait alors imaginé un système d'accroche en harnais pour cette collection de glaces toutes rondes, en trois tailles différentes.
A l'origine produit par Hermès - avec qui le designer développa plusieurs gammes de mobilier et d'accessoires pour la maison - "Circulaire" est désormais réédité par le Danois Gubi dans le même souci du détail qui tue.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 12 décembre: une lampe “Neverending Glory“



C'est la lampe pour le fan d'opéra absolu qui passe sa vie à faire la tournée des salles. Les cinq suspensions de la collection Neverending Story reprennent les silhouettes exactes des lustres qui éclairent les grands opéras autour du monde. Un oeil affuté aura reconnu celui du Metropolitan de New York, de la Scala de Milan, du Bolchoï de Moscou et cet autre qui s'élève comme un pièce montée, inspiré par la choucroute en cristal qui domine le plafond du Palais Garnier à Paris.
C'est beau, fragile et ça rappelle pas mal de chose, formellement parlant. Designée par les Praguois Jan Plecháč et Henry Wielgus pour Lasvit, cette collection en verre est aussi une leçon d'histoire. Une histoire qui racontent, à travers ces lampes-ectoplasmes, la gloire du temps passé, la nostalgie du lustre d'antan. Une Neverending Glory mélomane.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 11 décembre: un bijou stupéfiant de Tania Hennessy
Un soupçon de LSD et deux doigts de MDMA. Ajoutez un zeste de cocaïne, de DMT et une larme de psylocybine, un hallucinogène puissant qui vous fait voir Noël en rose ou en noir, selon le mood du moment. Mélangez et secouez bien le tout. Ca donne quoi? Une bombe narcotique qui va vous laisser sur le carreau. Un very very bad trip dont les autorités sanitaires vous déconseille fortement l'ingestion et la brigade des stups la possession.
Plus original, et surtout moins dangereux, cela donne aussi cette collection de bijoux super graphiques imaginés par Aroha Silhouettes, la marque de la designer néo-zélandaise Tania Hennessy, et logiquement intitulé "Designer Drugs". Rien que des combinaisons de produits stupéfiants en acier plaqué or, argent ou recouvert de PVD noir. Une petite cuisine interdite dont les noms des recettes - "Spliff", "Candy Flipping", "Speedball Necklace" - assument le côté obscur de la farce.


//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 10 décembre: les maxis pop-up de Tauba Auerbach



Elle s’appelle Tauba Auerbach, a 34 ans et appartient au possy de la galerie Paula Cooper – et à celle de Jeffrey Deitch avant sa fermeture en 2010. Chouchou de la scène new-yorkaise, peintre phénoménale qui vendait à des prix astronomiques ses œuvres à l’encan, la jeune artiste de San Francisco avoue une double fascination pour les origines du langage et les sciences de la perception. La première à travers des travaux qui mêlent typographie et relecture Op Art, la seconde par le biais de grands monochromes dont la surface, faussement froissée, joue le coup du trompe-l’oeil.
Pile entre les deux, l’éditeur new-yorkais Printed Matters, publie ce coffret oversize intitulé « 2,3 » à 1000 exemplaires, signés et numérotés. A l’intérieur six grands cahiers qui, lorsqu’on les ouvre, font naître des objets mathématiques en couleur. Une sphère, un mastaba, des diamants, une structure organique apparaissent grâce à la magie du pop-up.
Ouvrir… Fermer… Ouvrir… Fermer… On pourrait passer ses fêtes de Noël à observer la fascinante mutation d’une image plate en sculpture fragile et sophistiquée. La zénitude du spectateur devant l’art consommé du papier découpé, dit DADI. Comme quoi tout est dans le pli, ajouterait Deleuze.


//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 9 décembre: la crèche minimale d'Emilie Voirin



Bon alors, l'enfant Jésus au centre. Juste à côté les parents, Joseph et Marie en prière au-dessus de la mangeoire. Derrière, on place les trois rois mages qui arrivent à la bourre avec dans un coin l'ange qui poireaute là depuis un moment. Voilà. Ah oui mais non, il manque encore l'âne et le boeuf pour achever le tableau. Ok pour le premier, mais le second a été remplacé par un mouton. Tant pis on n'a plus le temps. Va pour le mouton.
Voici donc la crèche la plus minimaliste du monde, celle où tous les acteurs de la grande veillée de Noël sont représenté par des blocs en bois avec leur nom imprimé dessus (et rappelle en cela l'oeuvre en plaques minéralogiques de Joël Duccoroy). C'est drôle, ça tient tout entier dans une mini-boîte et c'est l'oeuvre d'Emilie Voirin, designeuse français installée à Londres. Ceci dit, on ne s'explique toujours pas l'absence du boeuf.


//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 8 décembre: une écharpe en cachemire Yarnz



Moby Dick qui a emplafonne le bateau du Capitaine Achab, des Inuits sur des confettis de banquises en forme d'ours blanc. Et des motifs kaléidoscopiques de léopards et d'oiseaux multicolores qui mettent du peps au coeur de l'hiver.
Car oui ces longs dessins sont des écharpes en cachemire. Des foulards dingues produits par Yarnz, marque new-yorkaise qui aime les imprimés animalier et l'art contemporain vu qu'elle remet parfois les artistes - Peter Halley et Raymond Pettibon, la classe - sur le métier à tisser. Les tableaux qui s'enroulent autour du cou sont disponibles sur le site de ses créateurs. Pour aller plus vite, visez la boutique Paradigme à Genève qui vend près de chez nous ces bijoux tout doux.


//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 7 décembre: un tabouret “Ulmer“ de Max Bill... en couleur



Trois planches, un barreau. Et hop, un tabouret. En fait non. Trois planches, un barreau. Et hop, une icône de ce design moderne qui ne va pas chercher midi à quatorze heures. Dessiné en 1954 par Max Bill et Hans Gugelot, le "Ulmer" est alors destiné aux étudiants de la nouvelle Haute école de Design de Ulm (d'où son nom) dont Max Bill est le premier directeur. Pendant plus de 50 ans, l'objet restera inchangé, vivant, tranquille, son destin de chaise à tout faire.
En 2013, wb form - la maison d'édition du zurichois Wohnbedarf - en collaboration avec Jakob Bill, le fils de Max, le réédite en le déclinant en six coloris.
Et si on mettait un peu pigment dans nos vies?


//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 6 décembre: un pack de revues mystères sélectionnées par Sérendipité



Céline Debray, c'est la fille des belles revues pointues qui causent design et fooding, culture et nature et qui viennent de Belgique, de Scandinavie, de France, du Chili bref de partout sauf de Suisse. Céline Debray, c'est la fille derrière Sérendipité, le plus chouette kiosque online de magazines 1.0 qui débarquent chez vous en s'enfilant dans votre boîte aux lettres.
Pour le fêtes, elle a imaginé un "X-mas bundle" à l'aveugle. Comprenez un pack de mags mystères savamment sélectionnés selon le genre du destinataire, lecteur ou lectrice. Une totale surprise réunie dans un coffet collector - il y en douze, aux dernières nouvelles il en reste huit - accompagné d'un objet secret sans rapport direct avec la lecture, mais pas loin. Un plaid? Un tourne-page? Un chat?
On vous laisse phosphorer.


//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 5 décembre: un décapsuleur “Bout de bois“ d'Adrien Rovero



Encore un ouvre-bouteille. Ben oui, c'est comme ça, il y des chose qui vous obsèdent: la voiture à bras, le verre baveur... et le décapsuleur. Celui-ci est dessiné par Adrien Rovero, le designer des objets ingénieux, des clins d'oeil inattendus et des changements d'échelle. "Bout de bois" rappelle ainsi, mais en version réduite, la suspension "Suspension" produite par A C E son éditeur. lausannois "Bout de bois"? "Bout de bois"! Parce que chez A C E on aime appeler un chat, un chat, une chaise, une chaise et un décapsuleur par le matériau qui le constitue. Une barre de frêne massif pour la prise en main, une rondelle de métal pour la traction. Et hop, plus simple tu meurs. L'ouvre-bouteille le plus minimaliste de l'internationale design est en vente sur le site d' A C E à un prix qui fait rire.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 4 décembre: un tapis “Mantas of Portugal“ de Schaffter Sahli



Des graphistes qui se mettent volontairement au tapis en concilliant deux domaines des arts décoratifs: leur métier et le design d'objet. Johanna Schaffter et Vincent Sahli lançaient en 2012 "Mantas of Portugal" en collaboration avec une mini manufacture familiale de la péninsule ibérique. Des carpettes qui en jettent produites en toutes petites séries et dont il faut imaginer le dessin - en l'observant depuis le milieu - comme un livre ouvert, les lignes repoussées à chaque extrémités représentant les tranches des pages dudit bouquin. Pour la taille c'est du 240 X 160 cm. Pour le prix c'est du 1'200 francs vendus en exlusivités à Genève chez Meubles & Cie.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 3 décembre: les Super-8 de Roman Signer



Roman Signer, c'est l'artiste qui fait tout sauter, celui dont le corpus qui sent la poudre peut se prévaloir du titre indispensable d’artificier diplômé niveau B. Même si chez le Saint-gallois, l'explosion détruit pour mieux construire. Dans le travail de l’artiste-dynamite, l’objet change donc d’état. Rien ne se perd, rien ne se crée tout se transforme
Bardée de fusée, la table qui s’envole au-dessus de la Furka fini sa course en miette et la voiture qui s’engage dans un passage en béton qui va en s’étriquant s’encastre dedans au point de ne plus pouvoir en bouger. Une manière d’inverser le cours de choses – le mobile s’immobilise, l’immobile s’agite - et de figer celui du temps. Chez Signer, il n’y a ni avant, ni d’après, juste la fraction de seconde de la métamorphose, étincelle fugace que l’artiste capture en vidéo et en photo. Une sorte d’art cinétique qui fonctionnerait dans l’intervalle super étroit où l’objectif saisi de l’eau jaillissant d’une paire de botte. Car Signer, à côté de son travail de sculpture, expose rarement les vestiges de ses actions dont il est souvent l’unique spectateur. Reste donc des documents et des films bizarres où des élastiques éjectent des chaises à travers les fenêtres, des rivières quittent leurs lits et s’élèvent en rideau et des hélicoptères télécommandés créés des tableaux. Les éditions MétisPresses éditent ce DVD (accompagné d'un livet de 128 pages), contenant 46 films Super-8 tourné entre 1975 et 1989 par le plus pétard des artistes suisses. Ainsi que ses Restenfilme, rushes inexploités de performances ratées, de making-of et de petits suppléments. Que des raretés.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 2 décembre: “Tipsy“ les verres pompettes de Loris&Livia



En anglais, Tipsy désigne l'état ethylique qui précède la murge embarassante. Une ivresse sympathique - en français on dirait "pompette" - qui vous faire voir le monde de traviole juste ce qu'il faut. Comme ces verres bourrés, dessinés par Loris & Livia - deux designers romandes qui font circuler leurs prénoms du côté de Londres - et dont chaque exemplaire affiche une ivresse unique. En vente sur le site du team.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le cadeau du 1er décembre: Un décapsuleur “Crest“ de Fort Standard



Un ouvre-bouteille ça sent la bière, les cendriers qui débordent, les fins de soirées patraques et les petits matins blêmes. Bref, il y a plus glamour à offrir comme cadeau de Noël. Sauf que non. Le collectif de designers new-yorkais Fort Standard produit cette série de décapsuleurs en laiton absolument fabuleux. A mi-chemin entre le gros bijou contemporain et la petite sculpture à motif ésotérique, Crest (c'est le nom de la collection) est en vente sur le site de ses créateurs et celui d'Affaire 46 à Zurich au prix de 68 francs la pièce.

DADI Daily
Back to Top